Oeuvre phare de la science-fiction, La planète des singes nous décrit un monde futuriste où l’Homme n’est plus. La civilisation humaine comme nous la connaissons actuellement est perdue dans un univers rempli de singes intelligents.

La planète des singes est l’une des œuvres la plus connue depuis sa publication en 1968. Vous n’avez pas pu échapper au livre ou à l’un des 8 films inspirés de celui-ci. Il s’inscrit dans la science-fiction, genre incontournable pour faire réfléchir puisqu’il met en avant des hypothèses crédibles. Mais cela se renforce avec ce roman qui met en scène, des hommes, des singes, l’espace et la terre conjugués au futur. Les schémas sont inversés, la fin, elle, est irréversible.

La science-fiction ou le monde dystopique

Il y a des singes partout, dans toutes les directions. Entre l’interrogation et la fascination, La planète des singes a fait parler, a fait écrire divers papiers. On nous dépeint le miroir d’un monde perdu, si éloigné et si proche en même temps du monde actuel. Futur apocalyptique, mystérieux, angoissant, passionnant, mais futur dystopique. Nous sommes en plein cœur d’une science-fiction comme il en est depuis ces dernières années comme Avatar, Matrix, ou encore Frankenstein. Mais étrangement, La planète des singes laisse cet arrière-goût de surréalisme plausible. Ainsi, l’homme invente et fait des tests sur les animaux, sur les humains, parfois pour sauver, parfois pour détruire. L’homme veut conquérir l’espace et montrer sa supériorité. Et c’est ce qui causera notre perte.

La Planète des singes (1968) Bande-annonce cinéma française-VF

Une spécificité de l’œuvre ?

Le roman comme la plupart des adaptations cinématographiques laissent place à une énorme surprise de fin. De quoi revoir totalement notre façon d’appréhender l’œuvre et de vouloir la relire ou la revoir à nouveau. Pas de spoil, promis ! Je vous laisse aller découvrir ça par vous-même.

La Planète des singes ou la fin de l’homme pensant

Dans ce monde décrit par Pierre Boulle, l’homme est une proie. Les rôles sont inversés, les hommes sont en cage et chassés, ils sont exposés à tous types d’expériences. Par qui ? Les “sur-singes”. Ils se comportent comme des hommes d’antan, des hommes ou des singes, quelle différence ? Tandis que les hommes ont perdu l’usage de la parole, les singes, quant à eux, parlent. Ainsi, ils pensent et se questionnent, ils sont devenus des êtres pensants. Signe incontestable de l’intelligence et de la différence entre les deux. César dans le dernier Opus de la planète de Singes : Les Origines sorti en 2011, clame un “NON” brut, fort, féroce mais étrangement humain. Cependant, le langage est également l’accès vers le pouvoir.

La planète des singes (2001) Bande annonce française (VF)

Le temps, l’ennemi de l’homme

Thomas Hobbes disait vrai “L’homme est un loup pour l’homme”. La Planète des singes nous montre certes les travers des hommes et leur volonté d’avoir toujours plus jusqu’à l’obtention du pouvoir suprême. Cependant, ils ont signé la fin de leur civilisation en créant des singes pensants. Au fur et à mesure du temps, les êtres humains que nous connaissons ont disparu. Ainsi, les hommes régressent et la nature reprend ses droits grâce au temps. Ce temps après lequel nous courons et qui ne cesse de nous échapper. Nous sommes incapables de résister, nous sommes incapables de survivre, de vivre, d’exister correctement. La civilisation humaine est morte. C’est ce que Pierre Boulle écrit, et c’est également le scénario qui prend forme pour le premier film de La planète des singes en 1968.

La Planète des singes : Les origines – VF

Pierre Boulle avec La planète des singes nous prédit un monde futuriste probable. Ce sont les hommes eux-mêmes qui signent leur arrêt de mort. À force de vouloir conquérir le monde, on en oublie de vivre simplement. Nous sommes, les Hommes, ces êtres supérieurs, des penseurs réduits au mutisme. Ainsi, l’homme resterait-il l’éternel antidote au bonheur ?

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Celia Chabaudie,

Originaire du Sud de la France, je suis née à Nice. Après un Master en Information et Communication à Toulon, je me suis installée à Lyon. Passionnée par la culture, le féminisme et la lecture, je peux désormais relier mes centres d’intérêts et ma curiosité en tant que rédactrice web pour laisser filer ma plume au gré des sujets.

1 Comment

  1. MME LAVALLETTE BRIGITTE Répondre

    Merci pour votre article,j’ai lu ce livre il y a bien longtemps et il m’a laissé un goût amer entre réflexion,remise en questions et interrogations sur l’être humain,a voir comment nous détruisons notre planète qui sait où cela va nous mener?

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez vous à notre newsletter.