La littérature française relève du patrimoine national. Son étude rappelle sans doute à chacun de nombreuses heures passées en classe à commenter et analyser les ouvrages les plus célèbres.

Amis lecteurs, j’ai pris le parti de nous attacher uniquement à la littérature française, déjà si riche et inspirante. Nous ne ferons donc pas de littérature comparée qui demande une grande autorité en la matière. Je vous invite à un voyage condensé à travers les grandes périodes de l’histoire de la littérature française.

La naissance de la littérature française

Il est d’usage de faire débuter cette chronologie en 881-882 avec le Séquence de sainte Eulalie. C’est le premier texte transposé du latin dans ce qui deviendra le français moderne. Peu à peu va s’amorcer le passage de « l’oralité» à l’écriture. C’est ce qui permettra aux œuvres de durer, et qui va véritablement donner leurs lettres de noblesse aux auteurs. L’anonymat est la règle d’or pour les rédacteurs du Moyen-Age, mais vers la fin de cette période ils vont tout juste commencer à acquérir un véritable statut d’écrivain.

L’ensemble des intellectuels de la Renaissance, dont les écrivains, vont être profondément marqués par l’apparition du livre imprimé. Gutenberg choisit, pour appliquer la technique qu’il vient de mettre au point, une Bible en deux volumes de grand format, vers 1455.

Exemplaire de la Bible de Gutenberg_conservée à la New York Public Library @Kevin Eng
Exemplaire de la Bible de Gutenberg_conservée à la New York Public Library @Kevin Eng

Le XVIe siècle est une période d’enrichissement du français dans le contexte d’une affirmation grandissante de l’idée de culture nationale. Rabelais jouera un rôle de premier plan en faisant entrer avec son œuvre des centaines de mots. Sont rédigés les premiers dictionnaires bilingues, français-latin, comme celui de  Robert Estienne, en 1538.

L’apparition des salons littéraires

Le XVIIe siècle voit l’apparition des salons littéraires. L’un des premiers influents, dès 1620, est celui de Mme de Rambouillet. Elle y reçoit de grandes figures et personnages politiques comme Richelieu. Le grammairien Vaugelas, qui sera l’un des premiers membres de l’Académie Française, le poète et théoricien normand François de Malherbe…

Autre salon d’importance à partir de 1652, celui de Melle de Scudéry, elle même écrivaine. Mais différence notable avec le premier, celui-ci accueille principalement des bourgeois et illustre l’évolution amorcée de la société française. Les salons à cette époque sont certes littéraires mais surtout mondains.

Portrait de Madeleine_de_Scudéry_
dessin de H. Pottin
Portrait de Madeleine_de_Scudéry_
dessin de H. Pottin

Le salon de madame de Tencin, fréquenté par Montesquieu ou Marivaux, deviendra même une figure de proue de l’émancipation féminine.

La littérature à l’époque des Lumières

Comme nous l’avons appris, le XVIIIe siècle est celui des philosophes des Lumières et c’est aussi celui de la prééminence littéraire française en Europe. C’est également une période particulièrement instable qui va aboutir à l’anéantissement du système politique et social en place avec la révolution de 1789.

Portraits des Philosophes Rousseau, Voltaire et Montesquieu
Portraits des Philosophes Rousseau, Voltaire et Montesquieu

Tous les genres littéraires font alors l’objet de discussions et de thèses multiples, notamment basées sur l’idée du progrès et de la raison humaine, parfois même au détriment de la littérature. Les salons vont perdre, un peu, de leurs fonctions mondaines pour devenir des cercles philosophiques qui vont venir influencer les nouvelles idées du siècle.

Les écrivains viendront y chercher des relations et des aides. Quatre grands esprits peuvent être retenus : Montesquieu, Voltaire, Rousseau et Diderot. Ce dernier supervise la très célèbre Encyclopédie, première synthèse française rassemblant l’ensemble des connaissances de l’époque.

L'Encyclopédie premier volume
L’Encyclopédie premier volume

L’importance grandissante du statut de l’écrivain

Le XIXe siècle est marqué par l’apparition du droit d’auteur et le développement de la presse (consécration de la liberté de la presse en 1881). Les écrivains changent de statut et vont bénéficier d’une plus grande, voire d’une immense considération sociale tel Zola ou politique comme Victor Hugo. Le XIXe siècle est une période particulièrement riche pour la littérature et nous aurons l’occasion de le voir plus en détails dans la seconde partie de cet article.

Le XXe siècle est celui des conflits, des guerres accumulées et de la crise mondiale de 1929. Si après la grande guerre les tendances du XIXe siècle perdurent chez les écrivains, peu à peu néanmoins va naître une littérature engagée. Les voies sont multiples du mouvement Dada au Surréalisme.

Le Dadaïsme est fondé par un poète Roumain, Tristant Tzara qui vise à détruire toutes les valeurs ainsi que le langage même. L’esprit Dada va laisser un terrain très fertile au Surréalisme. Autour d’André Breton et son Manifeste du surréalisme se rassemble nombre de poètes avec pour ambition de libérer l’écriture de la raison. L’influence du mouvement s’étend alors à tous les arts.

Photo de Tristan Tzara
Photo de Tristan Tzara

Quand se pose la question culturelle de la littérature

Au cours du XXe siècle la littérature de divertissement va s’accroître pour un large public, littérature dont les préoccupations sont sans doute moins créatives que sociologiques. La littérature devient de plus en plus commerciale.

En marge de la littérature « officielle » se développe ce qui est parfois nommé une para-littérature. Ce néologisme rassemble un ensemble de modes d’expressions narratives  comme le roman- policier, le roman-feuilleton, la science-fiction, voir même la bande dessinée qui connaît un développement constant au XXIe siècle.

L’histoire de la littérature française apparaît finalement comme le plus incroyable des romans, si riche et si évolutive

Du Séquence de sainte Eulalie  en langue romane à la littérature de divertissement, s’ouvre la question de la place de cette paralittérature et des relations existantes entre cette production et une littérature que l’on pourrait qualifier de « plus cultivée ». La dissociation n’est sans doute pas si simple.

Par Nicolas Samson-Agnez,

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, vous inscrire à la newsletter ou soutenir le blog  !

Tous les liens ici !

Nicolas Samson Agnez

Fondateur et directeur de l'AGNEZ ART GALLERY, galerie d’art contemporain nomade, Nicolas SAMSON-AGNEZ est un fervent défenseur de l’innovation dans le monde de l’art. Il crée les Collections(é)Mouvantes , un ensemble d’expositions sur mesure, thématiques et itinérantes à l’image de la galerie. Il est également Commissaire d’exposition et Consultant en Art pour les entreprises, les collectivités et particuliers. Habitué de la prise de parole en public, dans une volonté d’échange et de partage d’expériences, il anime des conférences et accompagne les artistes.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.