« La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil » disait Friedrich Nietzsche.

La musique est de ces langages universels qui accompagnent notre quotidien. Le cinéma l’a si bien compris qu’il dote chacune de ses œuvres d’une composition propre. L’impact qu’à la musique sur nos corps et nos esprits, l’émotion qu’elle transmet, reste encore bien mystérieux. Sigmund Freud, le célèbre psychanalyste, ira jusqu’à refuser d’être affecté par la musique. Il s’en détachera pour la seule raison qu’elle lui était énigmatique et qu’elle se refusait à toute interprétation.

Une disposition […] regimbe en moi, refusant que je puisse être pris sans en même temps savoir pourquoi je le suis et ce qui me prend ainsi.

Sigmund Freud, Le Moïse de Michel-Ange
Transmission d'émotions par la musique
Transmission d’émotions par la musique

L’enfance : à la découverte de la musicalité

L’enfance est une de ces phases majeures dans la vie. Où tout se joue. La construction d’une sensibilité, la découverte de la vie, la perception du monde et son influence sur la construction de soi. La musique construit, fait apprendre et sauve. Littéralement. Elle sensibilise à la musicalité des mots, aux multiples jeux que la langue française a à nous offrir.

Les grands poètes de mon enfance sont des musiciens. Mais aussi des auteurs, qui aiment les mots et qui en jouent. Ce sont des compositeurs de talent, qui arrivent à conjuguer la musicalité des mots et la littérature musicale : Henri Dès, Georges Brassens, Boby Lapointe… La musique de mon enfance est littérature avant d’être pure musique. Elle est lecture et écoute, pleine de mots, de rythmes, de rimes. Elle est aussi poésie.

Découvrir la musique, c’est comme rencontrer un nouvel ami : on l’observe, on l’écoute, on lui parle pour au final réussir à se comprendre. Combien de comptines de notre enfance pouvons-nous encore chanter sans difficultés ?

Comptine « Ah les crocodiles »

Sortir de l’enfance : la musique comme échappatoire aux contradictions du changement

La sortie de l’enfance est une période douloureuse, pleine de contradictions et de construction : le rejet de l’ordre parental, l’affirmation et la revendication de soi comme un être unique. C’est appréhender pour la première fois les contradictions du soi envers le monde. La musique sauve. Car elle comprend et elle exprime tout ça à la fois. Rien de plus normal donc qu’un adolescent qui s’enferme dans sa chambre avec la musique à fond…

A fond justement pour s’y fondre. Essayer d’oublier la complexité du monde qui s’offre à nous en tant que nouvel être qui s’accomplit. La musique m’a sauvé de nombreuses fois. C’est pourquoi elle occupe une (grande) partie de ma vie aujourd’hui.

Anecdote sur la musique

La musique à l’épreuve de la vie

La musique d’hier est celle qui m’a construite aujourd’hui. J’ai toujours été fascinée par les concerts et les festivals : ils permettent de réunir des personnes tellement différentes autour d’un projet musical unique et singulier. Et de créer de belles rencontres, parfois improbables, souvent essentielles. Ça a été une grande partie de ma vie que de promouvoir les projets musicaux, les soutenir, les porter à bout de bras même. La passion est fascinante et épuisante.

Une vie bercée et guidée par la musique est une vie réussie. Car elle sauve. La vie est une épreuve dure, elle est difficile. Oui, la musique adoucit les mœurs mais elle permet aussi de vivre. De continuer, de passer les épreuves avec plus ou moins de réussite, bref, de vivre avec une certaine douceur. Une mélodie peut être aussi un modèle de vie. Elle commence doucement, posément, s’accélère, subjugue, nous dépasse pour finir en apothéose et enfin mettre un point final à cette fulgurance.

Duo improbable en 1998 entre Luciano Pavarotti et les Spice Girls
Duo improbable en 1998 entre Luciano Pavarotti et les Spice Girls

Les réminiscences musicales

Arrive le jour où l’on s’installe. On vogue, on plane, on construit. Arrive toujours ce moment qui semble déjà avoir été vécu, ces mots déjà entendus, cette mélodie déjà écoutée. Et là, tout revient. Qui étiez-vous à ce moment là ? Quelles avancées dans la vie avez-vous fait depuis ? La musique est un album souvenir à elle seule. Elle vous permet la remémoration, l’analyse de soi, la réflexion de la personne que nous étions. Sommes-nous pour autant différents ? Si la musique d’hier nous fait tout autant d’effet aujourd’hui, alors peut-être qu’au fond, restons-nous un peu les mêmes…

Elle nous aide à nous souvenir et à nous recentrer, à nous retrouver parfois, à guider notre chemin.

Nostalgie et souvenir musical

Vivre en musique, c’est déjà la réussir. Faire connaître la musique, et ce, dès l’enfance, c’est accepter son existence unique et singulière. C’est déjà l’affirmation du soi. C’est avouer la nécessité de la culture et de son utilité, souvent mal reconnue. C’est aussi réenchanter le monde, afin de le rendre plus doux et plus beau.

Par Pauline Eyherabide,

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, vous inscrire à la newsletter ou soutenir le blog  !

Tous les liens ici !

Pauline Eyherabide

Rédactrice web SEO curieuse et passionnée, j’accompagne des projets flamboyants dans l'écriture de leur histoire sur le web. Grande défenseure de la culture vivante, je suis convaincue qu’elle permet de s’ouvrir sur le monde, de rendre la vie des hommes plus belle et de révéler la beauté là où elle n’est pas évidente.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.