La photographie est un sublime moyen d’expression. Elle exprime des messages percutants sans prononcer un mot. Certains clichés ont plus de force que n’importe quel discours.

Nombreuses sont les photos qui ont marqué l’histoire, dévoilant des souvenirs heureux ou devenant le témoin d’un passé douloureux. Retour sur 10 clichés qui ont marqué leur époque.

1. Point de vue du Gras, Nicéphore Niépce, 1827

Cette photographie, vous ne l’avez peut-être jamais vue. Pourtant, on peut dire qu’elle est au point de départ de tout. 1827, le Point de vue du Gras est la première photographie permanente réussie de l’histoire de la photographie. Ce cliché nous le devons à Nicéphore Niépce, un ingénieur français. C’est un mélange de points en noir et blanc qui laisse apparaitre quelques formes ici et là. Sous ce nuage de points se dessinent des bâtiments : c’est simplement la vue depuis la chambre du photographe. L’année 1827 voit naître pour la toute première fois un procédé capable de reproduire la réalité.

2. Déjeuner en haut d’un gratte-ciel – photographie attribuée à Charles Clyde Ebbets, 1932

Vous avez forcément déjà vu cette photo des onze ouvriers dans le ciel. Au sommet du RCA Building, pendant sa construction, des hommes prennent une pause. En arrière-plan, la photographie offre une vision aérienne de Manhattan et Center Park. Ces ouvriers sont tranquillement en train de savourer leur déjeuner sur une poutre métallique à 240 mètres de hauteur. La première publication de ce cliché apparait dans le New York Herald Tribune, pour promouvoir le Rockefeller Center. Nous sommes en 1932, l’Amérique sort du krach boursier de 1929 et entame une phase de reconstruction. Cette photographie est aujourd’hui le symbole de la Grande Dépression américaine.

3. Nessie, 1934 – Robert Wilson

C’est l’histoire d’une ombre, d’une silhouette qui va prouver une légende : celle du monstre du Loch Ness. Cette photographie, le monde la connait par cœur. C’est le cliché qui scelle la vieille histoire écossaise : un monstre habite le deuxième plus grand lac d’Ecosse. Le 21 avril 1934, le journal « Daily Mail » publie en une, cette photographie prise par le gynécologue Robert Wilson. Soixante ans plus tard, le complice du photographe, Christian Spurling explique la supercherie : il s’agit tout simplement d’une silhouette en carton accrochée à un sous-marin d’enfant. Pourtant, malgré le tour révélé, cette photographie continue de faire parler d’elle, tout comme Nessie. La force de ce cliché semble être tout simplement, le reflet de notre fascination. De nombreuses autres photos alimentèrent la légende depuis.

4. V-J day in Times square – Albert Eisenstaedt, 1945

Nous sommes le 14 août 1945, jour de capitulation du Japon. Cette date sonne la fin de la guerre du Pacifique et la victoire des États-Unis contre le dernier ennemi de la Seconde Guerre mondiale. Ce cliché est un symbole : celui de la liberté et du renouveau. Il montre un marin de l’US Navy, embrassant fougueusement une infirmière sur Times Square, le célèbre quartier new-yorkais. Une semaine après, le cliché d’Albert Eisenstaedt fait la une du magazine Life comme une ode à la victoire, une icône de la joie. C’est le temps d’un renouveau : ce couple laisse derrière lui les horreurs de la guerre.

5. Marylin Monroe, 7 ans de réflexion – Sam Shaw, 1954

Cette photo, on ne la présente plus. Elle vient immédiatement en tête quand est prononcé le mot « Marylin ». Elle a été prise par le photographe Sam Shaw, sur le tournage du film 7 ans de réflexion. Beaucoup de clichés de l’actrice sont l’œuvre de ce photographe qui la perçoit autrement qu’un simple sex-symbol et le fait ressentir dans ses œuvres. Cette scène du film est tournée en décor naturel, dans les rues de New-York. La circulation du métro est interrompue et un machiniste installe un énorme ventilateur sous les grilles. Devant des centaines de personnes, l’actrice se prête au jeu du photographe et rit aux éclats. C’est de cette mise en scène et de cette série de photos que naît la photographie mythique de Marylin à la robe blanche.

6. The Pillow Fight, Harry Benson, 1964

Harry Benson a immortalisé de nombreuses stars, toutes symboles d’une époque : Andy Warhol, Amy Winehouse, les Stones et … Les Beatles. Pas la peine de présenter ce groupe qui reste un des quatuors les plus célèbres de l’histoire de la musique. En 1964, ils sont de passage à Paris. Harry Benson les suit jusque dans leur chambre d’hôtel où il immortalisera cette bataille d’oreiller à 3h du matin, dans l’hôtel Georges V de la capitale. C’est cette même nuit que Georges, Ringo, Paul et John imaginent le célèbre morceau : « I Want to Hold Your Hand ». Ce cliché donne le sourire instantanément et l’irrésistible envie d’écouter en boucle leurs plus grands succès.  

7. A man on the moon, Neil Armstrong, 1969

Le 20 juillet 1969, le monde retient son souffle devant son écran de télévision : l’équipe d’astronautes envoyée par les USA s’apprête à poser le pied sur la lune pour la première fois. Neil Armstrong est immensément célèbre pour avoir été le premier à réaliser cet exploit. Il est également à l’origine de ce cliché qui a fait le tour du monde. Celle-ci représente son coéquipier Buzz Aldrin lors de la mission Apollo 11, le visage tourné vers le drapeau des États-Unis. On aperçoit Armstrong dans la visière de la combinaison d’Aldrin. Aujourd’hui ce cliché est tout simplement l’emblème de la conquête de l’espace par les USA.

8. L’afghane aux yeux verts, Steve McCurry, 1984

Les yeux de la jeune Sharbat Gula, 13 ans, ont marqué ceux qui les ont contemplés. L’expression de son visage fait la réputation de cette célèbre photographie. Il est aisé de deviner le passé dans les yeux de cet enfant, la colère et la difficulté de son histoire. La composition de l’œuvre du photographe américain Steve McCurry est saisissante tant par sa lumière que par ses couleurs. Cette photographie a eu un immense retentissement international, attirant l’attention sur la question des réfugiés de guerre et des conflits à l’international.

9. The Falling, Richard Drew, 2001

Le 11 septembre 2001, les tours jumelles du World Trate Center tombent. Des milliers de photos font le tour du monde et des télévisions. Elles illustrent la destruction massive de cet attentat : la foule, les flammes et les gravats. Au milieu de toutes ces photos d’horreur, celle du Falling Man dénote. Prise par le photographe Richard Drew, elle se concentre sur une seule personne : celle d’un homme qui se défenestre au milieu des lignes strictes et fuyantes du bâtiment où il travaillait. C’est l’image de la solitude face à la mort dans le tumulte de l’explosion de cet attentat. Ici pas de fumées, pas de cendres ou de flammes. Juste une chute à l’issue inévitable dans une photographie étonnamment calme.

10. Le baiser de Gérard Julien, 2012

Le 23 octobre 2012, en plein rassemblement contre le mariage et l’adoption pour les homosexuels, Gérard Julien saisi l’instant. Deux jeunes femmes s’embrassent devant des militants d’un collectif anti-mariage gay qui hurlent « vous êtes dégueulasses ! ». On s’amuse des visages choqués des manifestants derrière le baiser des jeunes femmes. En très peu de temps, l’image est relayée sur les réseaux sociaux et fait le tour du monde, devenant un symbole de la lutte contre l’homophobie.

La photographie est un moyen d’expression saisissant et efficace. Nombreuses sont les photos qui ont marqué l’Histoire. Elles sont le témoignage d’une époque ou d’un évènement. C’est un art essentiel pour la compréhension du monde qui nous entoure. Ces clichés en sont la preuve ! Et vous, quels sont les photos qui vous ont le plus marqué ?

Photo-vignette : La « jeune fille à la fleur » , photo de Marc Riboud

Par Violette Martin,

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, vous inscrire à la newsletter ou soutenir le blog  !

Tous les liens ici !

Violette Martin

Franc-comtoise d’origine et parisienne pour un temps, Violette est tantôt rédactrice, tantôt chargée de marketing. Elle est passionnée par le tatouage et s’intéresse à l’art sous toutes ses formes : sur le papier comme dans la peau ! Ce qu’elle préfère c’est s’isoler chez son père à la campagne pour dévorer les romans classiques de la bibliothèque paternelle, un chat sur les genoux.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.