La Cage aux Folles, à la fois film et pièce de théâtre, a réjoui de nombreux spectateurs et téléspectateurs. Ce duo comique connut de nombreux succès, avec des suites et des adaptations. Découvrons ensemble les raisons de cette réussite  !

La Cage aux Folles, le comique au sommet de son art ?

La Cage aux Folles est tirée de l’Escalier, une pièce de Charles Dyer, dramaturge britannique. Son adaptation par Jean Poiret a été vue par près d’1 million de spectateurs ! Malgré son succès, c’est un italien qui décide de l’adapter au cinéma. Les producteurs français estimant le sujet trop osé pour être adapté.

Affiche du film La Cage aux Folles

Les 5 comiques réunis en un seul duo

Il existe de nombreux types de comiques. On les utilisent de différentes façons pour intégrer et faire adhérer le public à l’histoire.

Le comique de situation

La scène du dîner entre les parents de Laurent et Andréa en est un bon exemple. En effet, le problème de perruque d’Albin provoque le comique de situation. Censé représenter la mère de Laurent, il s’avère être un homme.

Le comique de répétition

Le rire d’Albin est représentatif de ce type de comique. La célébrissime scène de la biscotte est également un très bon exemple.

Le comique de gestes

Employé pour accentuer le côté féminin des hommes, c’est d’ailleurs un sujet qui fit polémique. Nous y reviendrons.

Le comique de caractère

Les deux personnages possèdent une singularité, des manières propres, des manies. Celles-ci permettent d’amener le comique du « caractère des personnages ».

Le comique de mots

La façon de parler est largement exagérée tout au long de la pièce ou du film. C’est ce qui peut être qualifié de « comique de mots ». Il peut s’agir d’une déformation de la langue, de jeux de mots ou bien de façon de parler.

La Cage aux Folles, c’est aussi un sujet qui reste ultra contemporain

L’homosexualité, la transsexualité, la liberté de se présenter aux autres telles qu’on l’entend. La Cage aux Folles serait un duo comique moderne ? Résolument !

Des thèmes qui résonnent

La Cage aux Folles, c’est aussi une brillante démonstration de la force du comique : peut-on rire de tout ? Le comique peut-il faire passer des messages forts ? Outrepasser les codes et les mœurs ? La force du comique, c’est aussi de traiter de sujets actuels et importants : la sexualité, l’identité, l’acceptation de l’autre également. C’est aussi oser sortir du droit chemin.

plusieurs rumeurs circulaient sur le sujet de la pièce. Il était question de moqueries autour des homosexuels, de leur comportement et, parfois même, de leur travestissement.

Michel Serrault

L’enjeu n’était bien entendu pas là : il s’agissait de faire rire, avec différents types de comiques, sans se moquer. Il s’agissait plus de provoquer et de bouleverser les mœurs. Et ça a marché. Comme Michel Serrault le disait : « le miracle du théâtre » !

La Cage aux Folles est bien plus qu’un simple duo comique et les Américains l’ont bien compris !

Cette pièce de théâtre est adaptée à Broadway en 1983, pas vraiment une époque LGBT friendly… d’autant plus que les danseurs étaient atteints du sida à ce moment-là.

La comédie musicale aurait même contribué à faire évoluer les mentalités ! En effet, l’interprète d’Albin à Broadway aurait chanté pour la toute première fois « I will survive », défendant ainsi le fait de s’accepter soi-même, envers et contre tout.

 I am what I am, I am my own creation .

Avec La Cage aux Folles, le duo (comique) Serrault/Poiret a réussi un pari : faire rire sans se moquer. Avec habileté, en usant et en abusant de tous les comiques possibles. La Cage aux Folles, le comique au sommet de son art ? Assurément !

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, vous inscrire à la newsletter et télécharger l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par Pauline Eyherabide,

Rédactrice web SEO curieuse et passionnée, j’accompagne des projets flamboyants dans l'écriture de leur histoire sur le web. Grande défenseure de la culture vivante, je suis convaincue qu’elle permet de s’ouvrir sur le monde, de rendre la vie des hommes plus belle et de révéler la beauté là où elle n’est pas évidente.

1 Comment

  1. Brigitte Lavallette Répondre

    J’ai eu la chance de voir cette pièce au début avec Mrs Poiret et Serrault et c’était à mourir de rire,ils nous faisaient rire mais également réfléchir sur l’Homosexualité et la Transsexualité chose que dans les années 70 était encore taboue,à mon avis il y a eu un avant et un après. Merci pour votre article et analyse

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.