Né de la cuisse de Jupiter, Bacchus jouit, dans la mythologie romaine, de pouvoirs divins associés au vin et à la fête. Figure emblématique du bon vivant, Bacchus se caractérise par l’épicurisme de ses célébrations. A la découverte de cette divinité, au sens de la fête exacerbé !

Bacchus, un demi-Dieu fruit d’une union défendue

Le destin divin de Bacchus commence au moment de sa conception. Jupiter tombe sous le charme de la séduisante princesse mortelle, Sémélé. Elle ne tarde pas à tomber enceinte du dieu des dieux. Une situation qui déplait fortement à la déesse Junon, l’épouse officielle de Jupiter. Guidée par sa jalousie, elle suscite chez Sémélé le désir de voir Jupiter sous sa forme divine. Une posture létale pour les non-dieux, éblouis par la puissance divine.

"Jupiter et Sémélé" - Peter Paul Rubens - Huile sur bois aux Musées royaux des Beaux Arts de Belgique
« Jupiter et Sémélé » – Peter Paul Rubens – Huile sur bois aux Musées royaux des Beaux Arts de Belgique

Jupiter, ayant promis à la princesse d’exaucer ses souhaits, se présente, contraint, à son amante, sous son identité divine. Sémélé est immédiatement foudroyée. Du corps inanimé de son amante, Jupiter recueillit le fruit de leur amour dans sa cuisse. Junon ne pourra ainsi pas tuer leur enfant.

Bacchus sous protection

Une fois sorti de sa cuisse, Jupiter confie Bacchus aux nymphes de Nysa. Elles se chargent alors de le protéger des mauvaises intentions de Junon à son égard. Jeune, on le dissimule d’abord sous l’aspect d’une chèvre. Selon les versions, on le cacha ensuite dans une grotte où il se nourrit des fruits d’une vigne. Plus tard, guidé par l’amour de la gloire que lui avait transmis son précepteur, Silène, il partit conquérir les Indes.

The Youth of Bacchus (La jeunesse de Bacchus) 1884 par William Adolphe Bouguereau (1825-1905)
The Youth of Bacchus (La jeunesse de Bacchus) 1884 par William Adolphe Bouguereau (1825-1905)

Une fois vainqueur, il apprit aux Indiens à cultiver la vigne. Dès lors on le considèra comme la divinité du vin. Particulièrement friand des fêtes, il appréciait les orgies et les banquets qui avaient lieu en son nom. Il condamnait également sévèrement ceux qui refusaient de lui rendre hommage. Les filles de Minyas en firent d’ailleurs les frais. Elles furent transformées en chauve-souris après avoir refusé de se joindre aux orgies. Bacchus était considéré comme le dieu de la vigne, du vin et de la fête mais il était aussi considéré comme la divinité de la végétation et de la danse.

Bacchus, la transposition romaine du dieu grec Dionysos

Bassin de Bacchus - Petit parc de Versailles
Bassin de Bacchus – Petit parc de Versailles

La divinité romaine doit son origine au dieu grec Dionysos, aussi appelé Bacchos. Les Romains reprirent cette dénomination pour désigner leur dieu du vin. Bien que partageant une genèse similaire, Bacchus est un dieu beaucoup moins important dans la mythologie romaine que l’est Dionysos pour les Grecs; figure incontournable du panthéon. Ils partagent cependant de nombreux attributs. Tout comme son homologue il se déplace sur un char tiré par des panthères. Il s’accompagne en permanence d’un vaste cortège. De multiple personnages ornés de cornes et de pied de bouc le compose.

Bacchus est souvent représenté sous les traits d’un jeune homme enjoué tenant dans sa main des grappes de raisins et portant une couronne de lierre ou de figuier. Ses représentations s’accompagnent également de cornes, symbole de puissance et de force. Imberbe et coiffé de longs cheveux blonds, tenant parfois une lyre, sa jeunesse éternelle se confond parfois avec celle d’Apollon.

Un épicurien intemporel

Les hommages au dieu du vin se déroulaient  sous forme de grandes beuveries et d’orgies, appelées bacchanales où la décadence était le maître-mot. Ces célébrations ont pris une telle ampleur qu’en Rome Antique le Sénat romain a été contraint de les interdire en 186 avant Jésus-Christ. Le mythe de Bacchus semble avoir traversé les siècles puisqu’au aujourd’hui, de nombreux œnologues, viticoles ou encore restaurateurs ont choisi d’intégrer le nom de la divinité à leur devanture pour vanter les mérites de leurs produits et de leurs services, digne de la tradition épicurienne de Bacchus. La ville de Toulon organise même, chaque année, la fête Bacchus, un événement mettant à l’honneur la gastronomie et le vin.

Affiche de la fête des vins et de la gastronomie Bacchus 2020
Affiche de la fête des vins et de la gastronomie Bacchus 2020

Célébrés autrefois par des fêtes démesurées, arrosées de vin et d’indécence,  Bacchus, dieu du vin et des réjouissances constitue aujourd’hui une représentation parfaite de l’épicurien accompli.

Par Caroline Garnier,

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, vous inscrire à la newsletter ou soutenir le blog  !

Tous les liens ici !

Caroline Garnier

Journaliste et Podcasteuse, j'apprécie manier ma plume pour vous proposer des articles instructifs et dépaysants. Si je possède un intérêt pour de nombreuses thématiques, j'aime particulièrement écrire sur des sujets culturels, societaux et environnementaux. Ce qui m'anime avant tout: le plaisir de vous faire découvrir !

Commenter cet article