Tous les ans, le 5 juin, se déroule la journée mondiale de l’environnement. Une journée pour se rappeler à quel point nous sommes vulnérables face à l’immensité de la terre. Et qu’elle aussi est vulnérable sans notre volonté de protection.

En 1974, les Nations Unies décident de créer une journée pour promouvoir la protection de l’environnement. Ils veulent ainsi sensibiliser le monde aux enjeux climatiques. Chaque année en ce jour, la société civile, le secteur privé et les gouvernements de plus de 150 pays réalisent des actions en faveur de l’environnement. Mais bien qu’elle permette de sensibiliser à cette cause auprès d’un large public et avec de grands moyens, cette journée est aussi symptomatique du manque d’intérêt que suscite la protection de l’environnement le reste de l’année.

Des initiatives en faveur de l’environnement

La forêt, une ressource à préserver
La forêt, une ressource à préserver

Tous les ans, la journée mondiale de l’environnement se déroule dans un pays hôte. Celui-ci expose au monde ses problématiques face à la protection de l’environnement. Lors de cette journée, tous les acteurs de la société vont alors agir positivement en faveur de l’environnement. Ainsi, les entreprises, les citoyens et les gouvernements devraient prendre conscience des problématiques environnementales. Limiter leur impact sur la planète. Des initiatives locales, nationales ou même internationales s’organisent pour répondre à la thématique annuelle choisie. Ateliers de recyclage, campagne de nettoyage des plages ou des places publiques, conférences, visionnage de documentaires, réunions internationales… c’est un grand partage d’idées et de ressources pour lutter en faveur de l’environnement.

Une journée mondiale de l’environnement, ce n’est pas assez !

L'action humaine d'aujourd'hui
L’action humaine d’aujourd’hui

L’Organisation des Nations Unies compte plus de 140 journées mondiales. Journée de l’eau, journée des femmes, journée des droits de l’enfant… Si ces évènements permettent de mettre en lumière des problématiques sociétales cruciales, leur existence même souligne qu’elles sont encore loin d’être traitées comme des urgences. Aujourd’hui la crise climatique et la destruction de l’environnement ne sont pas traitées en tant qu’urgence, et ce malgré les alertes répétitives de la communauté scientifique. Le sujet de la protection de l’environnement devrait précisément être au cœur même de l’action gouvernementale et citoyenne tout au long de l’année. Le célébrer une journée par an n’est-il pas symptomatique d’une société des apparences qui cherche davantage à faire semblant qu’à s’attaquer réellement au problème ?

« Bla-bla-bla »

Manifestation pour le climat
Manifestation pour le climat

En effet, la journée de l’environnement est avant tout un grand évènement de communication pour informer et sensibiliser les populations à travers le monde. Une journée, qui doit donner l’exemple, mais qui privilégie le marketing plutôt que l’action concrète. L’occasion pour les fondations des grands groupes industriels, qui sont bien plus intéressés par le profit que la protection de l’environnement, de montrer leur générosité à coup de dons largement relayés par les médias. Et pour les gouvernements, de prononcer des discours édulcorés sur la nécessité d’agir. C’est précisément le manque d’action concrète au profit de déclarations douteuses que reproche la militante Greta Thunberg :

C’est tout ce que nous entendons de la part de nos soi-disant dirigeants. Des mots. Des mots qui sonnent bien mais qui n’ont mené à aucune action, nos espoirs et nos rêves noyés dans leurs mots et leurs promesses creuses

Peut-être faudrait-il d’abord penser à agir concrètement et avec humilité pour la protection de l’environnement avant d’organiser de telles célébrations.

La journée mondiale de l’environnement 2022 aura lieu en Suède, sur le thème « Une seule terre ». 

Un titre qui invite à réfléchir sur la dualité homme/nature. Si l’humanité veut survivre à cette crise d’une ampleur sans précèdent, elle doit apprendre à exister avec la biodiversité existante et non pas à lutter à son encontre. Il faut agir vite et maintenant.

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Alisson Argoud,

Après des études en littérature, j’ai obtenu un master en urbanisme spécialisé dans la co-construction des espaces urbains avec les habitants. En parallèle j’ai développé des compétences dans divers domaines comme le graphisme, la rédaction, ou la communication en travaillant bénévolement dans diverses associations. Créative et ordonnée, je manie la plume et les mots avec plaisir.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez vous à notre newsletter.