Si vous ouvrez un coffre à jouet d’un bébé en France, vous aurez une grande chance d’apercevoir Sophie la Girafe. Ce jouet en caoutchouc naturel est une star chez les bambins (et leurs parents!).

Depuis sa naissance, Sophie la Girafe aurait été vendue 60 millions de fois dans 85 pays ! Et cocorico, Sophie est française ! Nous avons décidé de la rencontrer pour en savoir un peu plus sur elle et son parcours…

Bonjour Sophie, merci de nous recevoir. Nous sommes heureux de pouvoir nous entretenir avec une telle célébrité ! Tu as conquis le cœur des bébés (et des parents) du monde entier !

Bonjour Cultur’easy, oui je suis vraiment ravie de pouvoir aider toutes ces familles et d’être au cœur de leur quotidien. Que ce soit ici en France ou alors à l’autre bout du monde ! Je fais vraiment partie de la famille car j’accompagne chaque bébé pendant ses premiers mois.  Grâce à moi, il peut développer ses 5 sens ! C’est une chance pour moi d’avoir des clients fidèles qui continuent de me faire confiance et ce, depuis maintenant soixante ans !

Sophie la girafe
Sophie la girafe

Comment expliques-tu ce succès ?

Ce que je fais fonctionne de façon universelle. Que ce soit en Chine, aux Etats-Unis, en Australie… Tous les parents souhaitent avoir des jouets qui puissent éveiller leur enfant qui vient de naître. En plus, j’ai une taille idéale, 18 centimètres, et je suis légère : le bébé peut facilement m’attraper et jouer avec moi.

Comment fais-tu pour accompagner l’enfant dans son éveil aux sens ?

Ca c’est vraiment ma mission de vie ! J’adore quand je vois le bébé que j’accompagne s’émerveiller devant le bruit que je fais, essayer de comprendre les liens de cause à effet. J’adore quand je le vois essayer de distinguer mes tâches et qu’il me reconnaît aisément parmi ses autres jouets… Je le rassure et je l’apaise avec mon parfum caractéristique et mon pelage doux au toucher. Et puis, mine de rien je l’accompagne pendant la période de ses poussées dentaires. C’est quand même hyper difficile pour lui ! Heureusement qu’il peut me mâchouiller pour se soulager !

Tu es née en France il y a soixante ans, est-ce que tu peux nous en dire plus sur ta création ?

Merci de rappeler mon grand âge… Je suis née le 25 mai 1961, le jour de la Sainte Sophie. (C’est d’ailleurs pour cela que je m’appelle Sophie) C’est Monsieur Rampeau qui m’a créé. Il était spécialiste de la transformation du caoutchouc naturel par rotomoulage. A l’époque, tous les jouets qui représentaient des animaux étaient des animaux de ferme. Il a eu la bonne idée de faire de moi une girafe ! Quand je suis née, j’ai vraiment détonné dans le milieu des jouets ! Mais c’était chouette de ne pas être comme les autres justement.

Ta création nécessite de nombreuses étapes. Elle reste encore aujourd’hui en partie artisanale ?

Oui ! Ca fait partie de mon charme n’est-ce pas ? Je nécessite le travail de 30 personnes qui doivent faire 14 opérations manuelles pour me créer. Et je suis d’ailleurs toujours créée en France dans l’entreprise haute-savoyarde Vulli, située à Rumilly ! Je suis vraiment fière de ça.

Tu n’as pas changé en soixante ans, tu n’as pas peur de la concurrence ?

On ne peut pas parler de peur. Je pense que j’ai construit au fur et à mesure des années une belle relation de confiance avec les bébés et les parents. D’ailleurs aujourd’hui il y a même une franchise à mon nom ! Avec des produits dérivés qui prolongent l’accompagnement du bébé (le bain, la promenade,…). J’ai peut-être eu une petite inquiétude à ce moment précis, qu’ils prennent toute la place, mais ce n’est pas le cas ! Je reste la préférée de tous les bambins !

Sophie en peluche
Sophie en peluche

J’ai vu que tu aimais beaucoup l’art, notre péché mignon chez Cultur’easy. Il y a quelques années tu avais fait une grande opération avec des artistes…

Oui c’était il y a déjà 10 ans mais je m’en souviens comme si c’était hier… Pour fêter mon demi-siècle, on avait proposé à des artistes de renom de me relooker et de livrer leur propre interprétation du jouet que je suis. C’était fabuleux ! Nous avions eu 70 œuvres exceptionnelles que nous avons toutes vendues par la suite au profit d’une association. J’avais beaucoup aimé cette expérience… que j’aimerais refaire un jour!

Oeuvre de Barbara RIHL HERME pour les 50 ans de Sophie la girafe
Oeuvre de Barbara RIHL HERME pour les 50 ans de Sophie la girafe

On peut dire que tu as traversé plusieurs générations, est-ce que tu ressens le fait d’être intergénérationnelle ?

C’est vrai qu’aujourd’hui les parents et les grands-parents me connaissent car bien souvent ils m’ont eu quand ils étaient eux-mêmes enfants. Cela leur rappelle des bons souvenirs. J’adore quand je les entends conter leurs aventures d’enfant, des étoiles pleins les yeux, à leurs propres petits-enfants. Ce lien intergénérationnel est vraiment puissant et je suis ravie avec ma modeste présence de contribuer à le renforcer !

Propos fictivement recueillis par Ségolène Lhommée,

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Issue d’une formation en valorisation du patrimoine culturel, je suis devenue aujourd’hui consultante en communication digitale. Je m’implique dans des projets éditoriaux multiples alliant mes deux passions. Mes petits faibles, la peinture de la Renaissance italienne, les châteaux mystérieux et… TikTok !

1 Comment

  1. MME LAVALLETTE BRIGITTE Répondre

    Oh oui vraiment cette petite Sophie fait partie de tous les cadeaux de naissance,pour ma part j’ai eu la surprise de voir que pour Noël il y a deux ans elle avait été déclinée dans une boule de Noël que j’ai aussitôt acheté pour le sapin de ma princesse,et Cocorico pour cette création

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.