Quand je vous dis Tex Avery, vous pensez à quoi ? Une bouffée de nostalgie vous envahit- elle ? Ou pensez-vous Tex ave…quoi ? Pourtant Tex Avery est le feu créateur de nombreux personnages cultes de cartoon, une carrière riche de 135 films.

Un créateur fou ? Tex Avery émerge dans les années 30 et représente l’opposé de Disney par excellence

Mais d’où vient cet énergumène ?

Tex Avery
Tex Avery

Tex Avery est né le 26 Février 1908 au Texas. Il se passionne très tôt pour la BD et commence à en dessiner pour son école dès l’âge de 13 ans. Il s’envole rapidement vers l’Art Institute of Chicago pour se former au métier de dessinateur. On pourrait penser que l’animation est son premier amour alors qu’en vérité c’est la BD. Malheureusement ou heureusement il essuie de nombreux échecs en cherchant à travailler en tant que dessinateur ce qui le pousse à se tourner vers l’animation.

Une carrière fructueuse

Affiche de Oswald, le lapin chanceux
Affiche de Oswald, le lapin chanceux

Il commence sa carrière dans l’animation chez les studios Waltz pour Universal. Il réalise deux cartoons pour eux et travaille sur la série Oswald le lapin chanceux. En 1935, il travaille pour un autre grand géant du cinéma nommé Warner Bros où il dirige sa propre équipe. C’est à cette même époque qu’il devient borgne après avoir reçu une agrafe dans l’œil suite à un accident de travail. Il quitte la Warner en 1941 suite à un désaccord artistique avec son chef. Il rejoint alors un autre monstre du cinéma la MGM où s’apprêtent à éclore ses personnages emblématiques comme Droopy ou le petit chaperon rouge version sexy. Consécration de son art, il est nommé aux Oscars pour le meilleur court métrage en 1941 pour sa revisite du conte des 3 petits cochons avec Hitler représenté en loup.

Un Tex Avery coquin

Le loup et le petit chaperon rouge sexy selon Tex Avery
Le loup et le petit chaperon rouge sexy selon Tex Avery

Oubliez les ravissantes princesses de Disney et les princes charmants toujours propres sur eux sous fond d’univers féerique avec happy ending. “Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants”, peu pour lui. Tex Avery bouscule les stéréotypes et revisite les contes. Chez Tex Avery le Chaperon Rouge est une Pin up rousse incendiaire sexy et le loup un dragueur invétéré à la langue bien pendue. Ce chamboulement narratif et visuel des contes à la sauce Tex Avery change complètement le but des contes. La visée initiale est avant tout éducative et moralisatrice. Le but de Tex Avery avec cette revisite est de faire rire quitte à frôler le politiquement incorrect.

Politiquement incorrect demandé

Tex Avery ne s’imposait aucunes limites. Donnant alors naissance à des personnages improbables, contraires à la morale, à l’opposé du modèle familial Disney. Tex Avery ira même jusqu’à la censure avec ses courts métrages « Pygmée demi-portion » et « la cabane de l’oncle Tom ». Ces films ont été considérés comme une offense envers la communauté afro-américaine.

Des personnages cultes déjantés

Personnages de l'univers de Tex Avery dont Bugs Bunny et Daffy Duck (au centre et à droite)
Personnages de l’univers de Tex Avery dont Bugs Bunny et Daffy Duck (au centre et à droite)

La censure mise de côté. Tex Avery c’est avant tout le “père” de Bugs Bunny, Droopy et Daffy Duck. Screwy Squirrel (l’écureuil fou) est un personnage provoquant un chien. Screwy fait subir au chien une multitude de tortures allant de la torsion du nez au coup de massue pour finir en beauté avec l’écrasement par différents objets. Le créateur prouve une nouvelle fois qu’il ose tout pour l’époque.

Un créateur aussi déjanté que ses personnages

Droopy, personnage emblématique de Tex Avery
Droopy, personnage emblématique

Tex Avery, au contraire de Walt Disney, n’hésitait pas à « exploser » les limites du cadre de l’animation pour surprendre les spectateurs. Le dessin animé « Droopy fin limier » illustre parfaitement cet exemple. Lors d’une scène de course les personnages animés sortent de l’écran cassant ainsi le mur imaginaire entre le spectateur et l’animation. Une révolution visuelle et technologique pour l’époque.

Le court métrage Le Petit Chaperon Rouge illustre également l’explosion des limite. Dans ce court métrage, l’histoire commence par le conte classique puis soudainement le loup se révolte et prend à parti l’équipe des scénaristes. Le loup demande la réécriture du conte. Il est alors rejoint dans sa révolte par d’autres personnages. Le conte redémarre avec une nouvelle version. C’est ainsi que nous découvrons le petit chaperon rouge transformé en une pin-up sexy rousse incendiaire. Le loup la rencontrera dans un cabaret et tombera fou amoureux d’elle. Cette scène culte sera reprise dans le film « The Mask » avec Jim Carrey et dans le film « Qui veut la peau de Roger Rabbit ? »

Scène de The Mask avec Jim Carrey reprenant celle du loup et du petit chaperon rouge sexy de Tex Avery
Scène de The Mask avec Jim Carrey reprenant celle du loup et du petit chaperon rouge sexy

Un dessin animé pas vraiment pour les enfants

A l’époque au Walt Disney régnait en maitre ( et règne toujours) sur le domaine de l’animation, Tex Avery s’est démarqué en ciblant les adolescents et les adultes.

J’ai essayé de faire quelque chose qui m’aurait fait rire si je l’avais vu sur un écran, plutôt que de me torturer à savoir «Est-ce qu’un enfant de dix ans va rire de ça ?». Parce qu’on ne pouvait pas faire mieux que Disney, nous savions qu’il avait les enfants avec lui. On était plutôt destinés aux adultes et adolescents.

Tex Avery

Un génie inoubliable

Tex Avery est décédé le 26 août 1980 des suites d’un cancer. Certes Disney aura implanté un véritable empire. Tex Avery aura malgré tout marqué son temps et réussi à faire perdurer ses personnages mythiques à travers les époques.

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, vous inscrire à la newsletter et télécharger l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par Orlane Sebai,

Ecrivaine caméléon, fondatrice des Furies Oniriques, un média indépendant basé sur la production de contenus audios et écrits. J’aime le mélange des genres en abordant des sujets tabous. Ma devise: la diversité au-delà des préjugés.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.