Pour se mettre en route sur les traces de Gandhi, il faut se préparer pour un très long voyage loin de chez soi, à la rencontre de toutes les désillusions et de toutes les espérances, pour revenir offrir à son pays un chemin d’amour et de liberté. Quand la Marche du Sel devient une course pour la Paix !

12 mars 1930. Gandhi se met en marche avec plusieurs dizaines de fidèles. Ils ont trois cents kilomètres à parcourir, à pied, jusqu’à la mer. Nulle violence, nulle agressivité ne se lit sur les visages. Pourtant ces hommes et ces femmes sont déterminés à désobéir. Pas après pas le cortège grossit et ils sont bientôt des milliers à marcher vers la mer pour en prélever le sel, cet or blanc que les colons Britanniques entendent leur interdire, à eux, les Indiens. A Ahmedabad, au nord-ouest de l’Inde, ce 12 mars 1930 c’est la Marche du Sel qui a commencé, avec à sa tête le Mahatma Gandhi, vers la paix et l’indépendance.

Gandhi illustré
Gandhi illustré

Mohandas Karamchand Gandhi, so British, so chic

On connait bien cette image de Gandhi : petit homme au crâne chauve, à la poitrine creuse, aux genoux khâgneux. Mais ce vieil homme qui marche tout drapé de blanc contre la répression britannique a aussi été un jeune homme à la mode, élégant et grand admirateur de l’Angleterre. Né en 1869 dans une famille indienne aisée, il part même faire ses études de droit en Grande-Bretagne.

Gandhi  jeune
Gandhi jeune

Mais il comprend bien vite qu’il ne sera jamais pleinement accepté parmi les occidentaux blancs, et ce malgré son diplôme d’avocat et sa grande érudition.

Alors il part et ses pas vont le mener en Afrique du Sud où il est appelé, à tout juste 24 ans, pour défendre une affaire.

L’Afrique du Sud, que le combat commence !

C’est le chapitre de vingt-et-une années qui s’ouvre dans ce pays si loin de l’Inde. Cette période est déterminante pour Mohandas Gandhi. Il va rencontrer la violence et la discrimination que subit l’importante communauté indienne en Afrique du Sud.

L’électrochoc se produit pour lui dans un train en gare de Pietermaritzburg. Sur le quai, une plaque commémore encore le passage de Gandhi. Alors qu’il voyageait en première classe comme à son habitude, un employé des chemins de fer va l’obliger à quitter sa place parce que la présence d’un « noir », la sienne, dérangeait un passager « blanc ». Il se retrouve sur le quai, jeté dehors pour avoir voulu protester. C’est un point de rupture pour Gandhi.

Il se fait alors le défenseur des droits des Indiens en Afrique du Sud, s’oppose à la loi leur interdisant le droit de vote, fonde le Natal Indian Congress, participe à de nombreuses batailles sociales et politiques pour dénoncer la ségrégation exercée par les Britanniques et obtenir l’égalité. Et sa notoriété grandit.

Natal Indian Congress fondé par Gandhi
Natal Indian Congress fondé par Gandhi

Retour aux sources : Gandhi est prêt pour de plus grands projets, pour l’Inde

Il rentre en Inde en 1913 et se lance dans un grand voyage à la découverte de son pays natal. Village après village, il va à la rencontre des habitants. Il s’engage en politique au Congrès National Indien. Partout où il passe, il laisse sa trace. Les milices britanniques oppriment les fermiers indiens ? Gandhi organise avec eux de grandes grèves et manifestations. Il gagne ainsi la confiance des populations, incite la création d’écoles et d’hôpitaux dans les villages. Dès ce moment, Gandhi devient le Mahatma, la Grande Âme.

Statue du Mahatma Gandhi
Statue du Mahatma Gandhi

La « satyagrahas » s’impose, ou le concept de non-violence

Gandhi a plus de soixante ans quand il entame la Marche du Sel. Les fidèles qui vivent dans son ashram d’Ahmedabad lui emboitent le pas. En Inde, les ashrams sont des lieux de vie en communauté dans la plus grande simplicité et pauvreté. Gandhi en a formé plusieurs tout au long de sa vie et y dispensait sa philosophie : la satyagrahas.

On pourrait la traduire ainsi : la vérité par la force de l’âme, la non-violence constructive. Cette notion est essentielle pour comprendre le parcours et les choix de Gandhi, notamment lorsqu’il organise dès 1919 la non-coopération avec le régime britannique : boycott des produits anglais, refus de participation aux institutions judiciaires.

Les actions de désobéissance civile comme la Marche du Sel pour reprendre le contrôle de cette ressource nécessaire aux Indiens ou les jeûnes organisés pour s’opposer aux répressions coloniales, permettent aux Indiens d’obtenir des droits.

Mais il s’agit maintenant de dire aux Britanniques de rentrer à la maison une bonne fois pour toutes.

Gandhi à Dandi, le 5 avril 1930, ramassant une poignée de boue salée
Gandhi à Dandi, le 5 avril 1930, ramassant une poignée de boue salée

Quit India : le dernier combat pour l’indépendance

L’action politique, démocratique et spirituelle forment un tout chez Gandhi. Mais autour de lui les divisions se multiplient, comme entre les Musulmans et les Hindous. La Seconde Guerre mondiale éclate et avec elle la course vers l’indépendance s’accélère.

Le 8 août 1942, Gandhi lance sa dernière campagne et s’adresse aux colons : « Quittez l’Inde », sinon de grands mouvements de désobéissance suivront. Les manifestations éclatent et Gandhi est emprisonné, comme maintes fois dans sa vie, mais des milliers d’Indiens se mettent en grève !

Le principe de non-violence ne sera pas respecté par les manifestants pendant les mois de tumulte qui suivent, Gandhi perd en influence au Congrès, mais Quit India obtient gain de cause : les Britanniques partiront ! Le parti de l’indépendance a gagné.

« Sois le changement que tu veux voir dans le monde », Gandhi.

Sabarmati Ashram à Ahmedabad

Un regard en arrière suffit pour voir l’immensité du chemin parcouru par cet homme. Sagesse, paix, amour, ce sont les mots que la postérité retient. Pour suivre ses traces et vivre un peu de cette « satyagrahas », nombreux sont ceux qui se rendent au Phoenix Settlement, le premier ashram fondé par Gandhi en Afrique du Sud ou bien à celui d’Ahmedabad en Inde. La quête de la paix peut prendre bien des chemins et des visages. Le grand voyage de Gandhi peut par exemple être rapproché de celui d’un autre grand défenseur des droits qu’est Nelson Mandela.

Par Marie DURIS,

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, vous inscrire à la newsletter ou soutenir le blog  !

Tous les liens ici !

SOURCES

ROUTARD. Sur les traces des grands hommes : Gandhi en Afrique du Sud et en Inde

PODCAST. Au cœur de l’histoire, Franck Ferrand, « Sur les traces de Gandhi »

VIDEO. RFI : 12 mars 1930 : en Inde, Gandhi lance la Marche du sel

ARTICLE. L’Histoire : 12 Mars 1930 : Gandhi entame la « marche du sel »

Marie Duris

A la fois rêveuse et quelque peu hyperactive, j’aime chiner de nouvelles inspirations dans les expositions d’art et m’inviter chez les grands personnages de notre histoire. La culture nourrit mon imaginaire et me permet d’innover au quotidien au-delà du bitume parisien. Je vois toujours le verre à moitié plein !

1 Comment

  1. Avatar
    Brigitte Lavallette Répondre

    Quel homme exemplaire ce pacifiste et quelle leçon,bravo pour ce si bel article

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.