Objet de toutes les convoitises, “le septième continent” accueillerait pas moins de 5.000 personnes chaque année. Entre explorations scientifiques et expéditions touristiques, l’Antarctique fascine. 

D’après le journaliste Jean-Christophe Servant (Magazine Géo) interviewé par Radio France, une 40aine de bases sont installées de façon permanente sur le continent blanc. Une vingtaine de pays les gèrent. Glaciologues, techniciens, experts de la biodiversité, astronomes et autres scientifiques… Le monde entier se côtoie sur ce qui est devenu un véritable laboratoire et une terre d’exploration convoitée de tous. Certains le surnomment l’”Eldorado polaire”. Voyons ensemble ce qui fait de l’Antarctique un territoire d’exception aujourd’hui plus que jamais fragilisé par le réchauffement climatique.

L’Antarctique, continent de glace unique au monde

Géographiquement, l’Antarctique se trouve autour du pôle Sud. On le considère comme le continent méridional le plus froid et sec de la planète. Les mers Weddell et Ross, ainsi que les océans Atlantique, Indien et Pacifique bordent l’immense territoire de glace. Sa superficie est d’environ 14 millions de km², recouverte à 98% d’une couche de glace qu’on surnomme « inlandsis ». Évaluée à plus ou moins 2 kilomètres d’épaisseur, cette dernière subit de plein fouet les effets du réchauffement climatique. À la différence de l’Arctique, le continent austral se caractérise par un relief montagneux et volcanique. En 2019, des scientifiques auraient découvert le canyon terrestre le plus profond au monde. Plus d’une centaine de volcans seraient enfouis sous la glace. En raison des conditions extrêmes, l’Antarctique accueille en grande majorité des chercheurs et explorateurs. Aucune population indigène n’aurait été identifiée.

Iceberg et glace de mer turquoise
Iceberg et glace de mer turquoise

L’Antarctique : sa faune, sa flore et ses richesses naturelles

La région la plus froide de la planète fascine pour ses paysages hors du commun ainsi que pour sa faune d’exception. En bordure de côtes, sur la banquise et dans l’océan Austral, l’Antarctique concentre une richesse marine inestimable. Elle se compose de nombreuses espèces et mammifères protégés uniques au monde.On y trouve des baleines, des orques, des manchots, mais aussi des phoques, des albatros, des pétrels, des léopards de mers ou encore des morses et otaries.

Cormorans de l’Antarctique © Serge Ouachée
Cormorans de l’Antarctique © Serge Ouachée

Mise à part des mousses, des algues et du lichen, la flore se fait rare sur le continent austral. La canche antarctique (Deschampsia antartica) ainsi que la sagine antarctique (Colobanthus quitensis) seraient les seules plantes à fleurs observables. Avec l’augmentation des températures à l’origine de la fonte des glaces, l’Antarctique subirait une modification progressive de sa végétation. Au-delà de sa faune et de sa flore, l’immense réserve naturelle abrite 70% de l’eau douce mondiale, du pétrole, des minerais précieux et du gaz. De quoi attiser les convoitises et susciter des tensions entre les États.

Entre changement climatique et variations glaciaires

La distribution de la glace marine dans l’Arctique et l’Antarctique change rapidement depuis quelques années, tandis qu’en parallèle, la pression du trafic touristique augmente

selon le chercheur et scientifique Jan Lieser

En 2020, la base argentine de Marambio (île Seymour) aurait enregistré une température record de plus de 20°C en Antarctique ! La même année, l’écologiste marin Andrew Thurber interviewé par le magazine Futura Planète faisait part de son inquiétude quant à la fuite de méthane considéré comme un puissant gaz à effet de serre. Toutefois, et pour certains scientifiques, le rôle du changement climatique demeurerait encore flou. Il ne pourrait expliquer à lui tout seul les importantes variations de superficie de la banquise. De toute évidence, les conditions de navigations seront de plus en plus difficiles aussi bien pour les chercheurs que pour les croisiéristes.

Antarctique, Cierva Cove ©SarahNic
Antarctique, Cierva Cove ©SarahNic

L’Antarctique, territoire de l’extrême géostratégique

Aucun acte ou activité intervenant pendant la durée du présent Traité ne constituera une base permettant de faire valoir, de soutenir ou de contester une revendication de souveraineté territoriale dans l’Antarctique, ni ne créera des droits de souveraineté dans cette région . Aucune revendication nouvelle, ni aucune extension d’une revendication de souveraineté territoriale précédemment affirmée, ne devra être présentée pendant la durée du présent Traité.

Extrait de l’article IV du Traité de l’Antarctique signé le 1er décembre 1959 à Washington.

Mais à qui appartient réellement l’Antarctique ? L’Inde, la Chine, la Biélorussie, la Colombie, l’Australie sans oublier les États-Unis et de nombreux autres pays européens sont aujourd’hui présents sur le continent austral. Bien que sept pays dont la France, aient initialement fait part de revendications territoriales lors de la signature du Traité sur l’Antarctique en 1959, le territoire n’appartiendrait officiellement à personne. L’exploitation économique du continent blanc aurait été gelée jusqu’en 2048. Convoité par les plus grandes puissances mondiales, “le septième continent” serait uniquement dédié à des travaux de recherche et de coopération pacifistes. L’halieutique, le traitement des données satellitaires et GPS ainsi que la nutrition en situation extrême représentent autant de sujets d’études et d’expérimentation. 

Iceberg de l’île Pléneau ©BluesyPete
Iceberg de l’île Pléneau © BluesyPete

Faisant souvent l’objet de grands reportages et de récits d’expédition, l’Antarctique représente encore un lieu de tous les mystères. De nouveaux pays s’affirment sur le continent blanc en proie à de nombreuses explorations. Pas si désert, le continent blanc compte de nombreux édifices. Des lieux de culte, des terrains de sport ainsi que d’autres lieux d’échanges et de rencontres.

Vous rêvez de grandes explorations ? Téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore et découvrez toute la culture qui vous entoure.

Par Marie-Florine Dambakizi,

Rédactrice web, spécialiste en marketing mais aussi professionnelle du Tourisme, je suis une grande passionnée de voyages, de Photographie, de Street-Art et d’Art en général. Curieuse et ouverte aux autres cultures, j’aime m’enrichir du monde dans toute sa diversité !

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.