« Il y a des destinées fatales » disait Charles Baudelaire à propos de la vie d’Edgar Allan Poe.  C’est bien la résumer.  Génie de l’angoisse à la fois fasciné et terrifié par la mort, Poe nous a laissé des textes virtuoses qui ont inspiré nombre d’artistes.

Son image sombre et maladive est immédiatement reconnaissable. Edgar Allan Poe a marqué durablement la littérature par une œuvre à la fois inquiétante, originale et populaire. Poète, nouvelliste et journaliste américain, il est connu notamment pour ses Histoires extraordinaires. Considéré comme l’inventeur du roman policier et le précurseur de la science-fiction, Poe continue d’inspirer par son style ciselé et par l’étrange malaise qui ressort de ses histoires.

Qui est Edgar Allan Poe ?

Quelquefois, hélas ! la conscience humaine supporte un fardeau d’une si lourde horreur, qu’elle ne peut s’en décharger que dans le tombeau. 

L’homme des Foules
Portrait d’Edgar Allan Poe, 1860, ©LLuis Ribes Mateu
Portrait d’Edgar Allan Poe, 1860, ©LLuis Ribes Mateu

La vie d’Edgar Allan Poe est marquée par le malheur. Né à Boston en 1809 de parents comédiens, il se retrouve très vite orphelin. Recueilli par la famille Allan, il épouse ensuite, à 27 ans sa (très) jeune cousine Virginia, qui décède à 24 ans de la tuberculose. Lui-même, usé par la pauvreté, les crises de démence alcoolique et l’ombre omniprésente de la mort décède dans des circonstances assez mystérieuses à tout juste 40 ans.

 Edgar est un jeune homme rêveur et solitaire inspiré par la figure romantique et aventurière de Lord Byron. Il commence ainsi sa carrière littéraire comme poète. Mais c’est bien plus tard, en 1845 qu’il obtient son premier succès avec « Le Corbeau », poème inspiré d’une histoire de Charles Dickens. C’est toujours l’un des textes les plus connus de Poe, au thème souvent repris.

Quelque temps plus tard, Edgar Poe devient célèbre outre-Atlantique grâce à ses histoires d’horreur, à la lisière du fantastique. D’inspiration gothiques, il y explore les mystères des émotions. S’il y a du surnaturel dans ses textes, la vraie noirceur vient de sa réflexion sur la tendance de l’humain à l’autodestruction. Le lecteur y perd ses repères, car le narrateur n’est pas fiable, et aucune morale de se dégage vraiment de l’histoire.

La fantastique histoire des Histoires extraordinaires

Quand un fou paraît tout à fait raisonnable, il est grandement temps, croyez-moi, de lui mettre la camisole. 

Histoires grotesques et sérieuses
Le monde troublant d’Odilon Redon     « L’œil, comme un ballon bizarre, se dirige vers l’infini », 1882, Odilon Redon (Pxhere), libre de droit
Le monde troublant d’Odilon Redon     « L’œil, comme un ballon bizarre, se dirige vers l’infini », 1882, Odilon Redon (Pxhere), libre de droit

Fasciné par la personnalité de Poe et par l’ambiance macabre et décadente qui se dégage de ses écrits, Charles Baudelaire décide de les traduire et de les publier. Il voit en lui son alter ego américain, et choisit d’éditer ses histoires en trois volumes.

Le premier, les Histoires extraordinaires paraît au mois de mars 1856. Suivent les Nouvelles Histoires extraordinaires en 1857, puis les Histoires grotesques et sérieuses en 1864. Dans ces ouvrages figurent la plupart des textes les plus connus de Poe, tels que « Double assassinat dans la rue Morgue » (1841), « Le Scarabée d’or », « Le Chat noir » (1843) ou encore « Bérénice » et « La Chute de la maison Usher » (1839).

S’en dégage une atmosphère d’outre-tombe et une nouvelle forme d’introspection, les personnages présentent des miroirs inquiétants aux lecteurs. Ajoutons à cela une grande attention apportée au style, très efficace et à la forme, très condensée. Edgar Poe crée ainsi  une « unité d’effet », une expérience intense et unique. Les recueils d’histoires surnaturelles sont d’ailleurs restés un format apprécié.

Un visionnaire

« Et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher,
ne pourra plus s’élever, — jamais plus !»   Illustration pour « Le Corbeau », Gustave Doré, 1884 (Wikimédia), libre de droit
« Et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher,
ne pourra plus s’élever, — jamais plus !»   Illustration pour « Le Corbeau », Gustave Doré, 1884 (Wikimédia), libre de droit

On l’a dit, Edgar Allan Poe a  inspiré Baudelaire, mais aussi Oscar Wilde, pour Le Portrait de Dorian Gray.  Il est surtout le père du roman à détective tel qu’on le connait aujourd’hui. Son personnage (récurrent) Auguste Dupin, doté d’un sens de l’observation hors du commun, n’est pas sans rappeler le Sherlock Holmes créé quelques années plus tard par Arthur Conan Doyle.

Certains voient aussi en Poe le précurseur de la science-fiction. H.P. Lovecraft, un des premiers auteurs du genre, revendique son influence, comme bien d’autres ensuite. Roger Zelazny lui rend même hommage dans son roman Le Trône noir en nommant un de ses personnages d’après lui.

La force des histoires d’Edgar Poe est telle qu’elle transcende même les arts. Alfred Hitchcock le cite comme déclencheur le poussant à devenir auteur de films à suspense. Tim Burton s’en inspire librement et on trouve bien un air des Histoires extraordinaires dans des films comme « L’étrange Noël de M. Jack ». Et bien sûr, de nombreux artistes peintres ou illustrateurs ont représenté des scènes issues de ses textes. Parmi eux : Edouard Manet, Gustave Doré, Harry Clarke… et même des street-artistes !

Graffiti représentant Edgar Allan Poe à Yerevan, Arménie ©Rs4815 (Wikimédia), CC BY-SA 3.0
Graffiti représentant Edgar Allan Poe à Yerevan, Arménie ©Rs4815 (Wikimédia), CC BY-SA 3.0

Finalement et comme de nombreux artistes avant et après lui, Edgar Allan Poe cherche à percer à jour les mystères de la destinée humaine, à faire face à cette mort sans laquelle la vie n’aurait pas autant de saveur…

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Ophélie Gasiglia

Culturomaniaque toujours en vadrouille, je suis une habituée du syndrôme de Stendhal. Véritable couteau-suisse des métiers du livre et de la culture, je suis à la fois libraire aux goûts éclectiques, jeune rédactrice et aspirante traductrice. Mes marottes : les mythes et légendes, les cultures hispaniques, les danses du monde, et le chocolat !

Commenter cet article