Il est communément admis que la musique est un art. Mais est-ce si évident ? Si de tout temps la musique semble avoir accompagné l’homme, celle-ci a d’abord été considérée comme une science. On peut affirmer que la musique est une des pratiques culturelles les plus anciennes. Elle s’inscrit dans le temps comme une pratique interculturelle de partage et de communication. Son écoute et sa pratique ne cessent de croître en occident et ailleurs en raison de l’accès aux nouveaux outils technologiques. De nombreuses études concluent même qu’il s’agit d’un langage universel.

Etymologiquement, la musique vient de Mousikê, en grec. Ce sont les 9 activités esthétiques (science du beau dans l’art) qui relèvent des 9 Muses. Les Grecs entendirent d’abord par ce mot musique, tous les beaux-arts. De la poésie à l’astronomie, cette dernière relevant plutôt d’un raisonnement scientifique. La musique revêt donc une signification multiple et pendant longtemps elle fut plutôt étudiée comme une discipline liée aux mathématiques.

Au XIXème siècle, le philosophe Allemand Hegel qui a beaucoup écrit et enseigné sur l’esthétique distingue cinq arts dans cet ordre. L’architecture, la sculpture, la peinture, la musique et la poésie. Ce serait donc l’approche esthétique de la musique qui en fait un art.

A en croire la fameuse citation de Friedrich Nietzsche, « la vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil ». Nous ne pourrions pas nous passer de musique !

Certaines personnes n’apprécient pas écouter de la musique. Parfois en raison d’une absence de réaction (l’Anhédonie spécifique à la musique)  ou n’en ont pas besoin pour leur quotidien. Mais une grande majorité des habitants de cette planète aime la musique quels que soient les contextes culturels et les conventions.

Qu’est-ce que la musique ?

Il est nécessaire de se référer à une représentation de la musique dans le temps et considérer une évolution de sa définition.

La musique comme une science

expérience scientifique sur une trompette_@Hubert Raquet_ircam_cnrs
expérience scientifique sur une trompette_@Hubert Raquet_ircam_cnrs

Sous l’antiquité grecque la musique au même titre que la physique ou l’astronomie, est considérée comme une science. On associe souvent la musique aux mathématiques et de nombreux penseurs et grands esprits vont l’étudier à travers les siècles comme Platon ou Pythagore.  On dit que ce dernier trouva les principes de la musique dans l’inégalité des sons produits par plusieurs forgerons frappant ensemble sur une enclume.

Le compositeur Jean-Philippe Rameau quant-à lui considérait que «la Musique est une science qui doit avoir des règles certaines…».

Une branche des sciences humaines, la musicologie, permet d’étudier de manière scientifique ce qu’est la musique et elle emprunte même des méthodes liées aux sciences naturelles et informatiques. Néanmoins au-delà de cet aspect scientifique, la musique n’en demeure pas moins une pratique culturelle très ancienne à la dimension artistique importante.

La musique comme un art

la leçon de musique_ Johannes Vermeer
la leçon de musique_ Johannes Vermeer

Au Moyen-Age la musique est un outil au service de Dieu et laisse peu de place à l’idée d’un art autonome. Puis la liberté grandissante donnée aux artistes permet à certains compositeurs de guider leurs pratiques avec plus d’audace au-delà de la célébration religieuse.

Selon le philosophe Jean-Jacques Rousseau, « la musique est l’art d’accommoder les sons de manière agréable à l’oreille ». C’est ici une vision esthétique de la musique qui est retenue. La présence de la musique dans des œuvres picturales est d’ailleurs très fréquente. Cette approche aura une portée considérable d’Emmanuel Kant à Frédéric Nietzsche.

Après la période Romantique l’univers musical va s’enrichir d’autres possibilités sonores et la proposition de Rousseau va perdre de son aura. Cette vision créative et sensible de la musique va s’estomper notamment au XXème siècle avec les démarches extrêmes de certaines figures anti-art et musique comme Duchamp qui influencera John Cage.

L’anecdote 

Marcel Duchamp, compositeur. En 1913, il compose deux partitions musicales Erratum Musical, pour trois voix, et La Mariée mise à nu par ses célibataires même. Avec Duchamp, la musique peut ne plus être sonore !

La musique un art apprécié de tous

Un art populaire

concert de musique_ @Pexels
concert de musique_ @Pexels

La musique est sans doute une des activités culturelles les plus prisées et accessibles en France. On ne cesse de constater une hausse des pratiques musicales et celle-ci concerne toutes les catégories de population. Il ressort par exemple d’une enquête du ministère de la culture que 9 % des français écoutent de la musique tous les jours en 1973 pour 57 % en 2018.

Ce phénomène peut s’expliquer par les avancées technologiques favorisant de parfaites conditions d’écoute même en déplacement. Depuis le baladeur, la révolution continue avec les casques audio sans fil et les écouteurs bluetooth.  Autre argument de poids, la musique est un moyen d’expression privilégié chez les adolescents et étudiants, une manière de créer du lien social et de se rassembler autour d’univers et d’expériences communes notamment lors des concerts et festivals. Enfin les responsables politiques au niveau local et national soutiennent fortement ce domaine culturel privilégié, et justement parce qu’ils y ont un intérêt.

Un langage universel

Partitions-@Nietjuh-Pixabay
Partitions-@Nietjuh-Pixabay

La musique à l’instar des autres types d’arts pourrait posséder un caractère inné et universel qui en fait par nature un mode d’expression privilégié. «  La musique – comme le langage sont des traits humains universels. Toutes les cultures produisent de la musique et y sont sensibles…. ».

Certes nous n’écoutons pas la musique de la même façon selon son contexte culturel et il est possible de ne pas aimer une musique venant d’ailleurs. Cela vous est peut-être arrivé avec une musique de Bali ou Indienne. Mais si l’on peut comprendre une musique écrite dans un autre contexte, cela souligne bien qu’elle est un langage universel.

Nous pouvons donc constater que le caractère unanime d’appréciation se vérifie à l’échelle d’une nation et même au niveau mondial, à relativiser bien-sûr notamment en raison de l’accès à la musique et à sa pratique.

En bref

la musique- 1939- Henri Matisse- @Scalaarchives
la musique- 1939- Henri Matisse- @Scalaarchives

Comme un poème ou un tableau, un morceau de musique est une œuvre d’art.

La musique est un art parfois élitiste et parfois populaire mais toujours rassembleur, vecteur de cohésion sociale et d’ouverture sur le monde, ce qui en fait un art unanime.

L’un des meilleurs musée qui en parle très bien : le MuPop ! Courez-y !

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Nicolas Samson Agnez ,

Fondateur et directeur de l'AGNEZ ART GALLERY, galerie d’art contemporain nomade, Nicolas SAMSON-AGNEZ est un fervent défenseur de l’innovation dans le monde de l’art. Il crée les Collections(é)Mouvantes , un ensemble d’expositions sur mesure, thématiques et itinérantes à l’image de la galerie. Il est également Commissaire d’exposition et Consultant en Art pour les entreprises, les collectivités et particuliers. Habitué de la prise de parole en public, dans une volonté d’échange et de partage d’expériences, il anime des conférences et accompagne les artistes.

Commenter cet article