Chaque nouvelle génération détient sa propre vision du monde, selon l’époque où elle naît, selon l’image qu’on lui lègue et l’image qu’elle se construit. Dans une époque qui navigue au fil de ses incertitudes – entre crises économiques, sanitaires, sociales, politiques… – l’art est un moyen de s’élever plus haut que le chaos. La jeunesse s’investit pour déployer son talent artistique. Pour lui insuffler un vent nouveau, de nouvelles couleurs, et plus que jamais : une utilité.

Poétique et rêveuse, la jeunesse de moins de 30 ans se donne le droit d’être révoltée. D’être passionnée et d’être folle quand bon lui semble

La jeunesse est prête
La jeunesse est prête

La fougue de la jeunesse s’impose face à la résignation générale. Un objectif : délivrer un besoin profond d’espoir, de solidarité et de positivisme. Non, la jeunesse ne se laissera pas consumer par les discours alarmistes de ses aînés. C’est dans un souffle novateur, tantôt réaliste, tantôt futuriste, qu’elle vient crier haut et fort sa joie de vivre. Intègre, décomplexée et inspirée, la jeunesse invente un monde qui ne ment pas. Chacun individu compte et chaque histoire mérite d’être racontée. La libération de la parole se propage à une vitesse fulgurante. Sans censure ni compromis, elle repose sur des valeurs de transparence et de sincérité.

Des visions alternatives, singulières et engagées

Qu’il est fascinant de voir émerger de jeunes créateurs venant saisir à plein cœur leur pouvoir d’expression et projeter leur lecture du monde à travers le langage artistique ! De plus en plus, les artistes choisissent très jeunes de prendre position et de défendre les causes qui leur importent. En première ligne : les luttes féministes et écologiques.

Quand l’art croise le regard de la femme

La jeune photographe et réalisatrice belge Charlotte Abramow (directrice artistique officielle d’Angèle), en est un exemple assez impressionnant. Dans ses œuvres, elle allie à la perfection gravité et humour, innocence et conscience, dans une teinte surréaliste qui questionne sans relâche les normes de la société. À l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes en 2018, elle réalise un clip aux clichés saisissants venant illustrer le poème « Les passantes », interprété par George Brassens. Un hommage au corps de la femme dans son entièreté, qui se moque parfaitement des censures et des qu’en dira-t-on. Il en ressort une vérité éclatante, brillante, et tellement évidente : la perfection de chacun de ces corps, dans leur unicité et leur sensibilité.

Georges Brassens – Les passantes

Art de vivre et éco-responsabilité

Designer, chercheuse, artisane… Lucile Viaud est une jeune artiste qui allie le beau, l’utile, et le nécessaire. Partant du principe que « le déchet n’existe pas », ses œuvres décoratives explorent les alternatives écologiques permettant de changer nos rapports au vivant. Son concept ? Partir de l’existence de matière comme base de réflexion créative, lui attribuer un nouvel usage et la sublimer. Coquilles d’huitres, carapaces, arêtes et algues se transforment ainsi en verre et plâtre marin, pour créer des objets uniques et 100% naturels !

Je crois qu’il n’y a pas d’autre solution que de créer des choses dont on maîtrise l’impact et qui sensibilisent à l’environnement. Je pense qu’en tant que designer aujourd’hui, cela devrait être intrinsèque à toutes les démarches 

Lucile Viaud, à écouter dans le podcast d’Hélène Aguilar, « Où est le beau ? »
LUCILE VIAUD X LE PARIS DES TALENTS

Provoquer, troubler, séduire

L’art est magique dans le sens où il peut traduire toutes sortes d’émotions et toutes sortes de vies. Pour certains, il exprime douceur et fragilité, pour d’autres il est un moyen de retranscrire la violence du monde, l’anarchie, le désordre, l’oppression. Phénomène de la scène techno montante d’à peine 18 ans, Inès Boullant, reconnue sous le nom de u.r.trax défend son identité à travers la force de sa musique. Un reflet aussi conscient que brutal, peut être autant que le monde qui nous entoure car il est indéniable que ce qui sort de son studio provient directement de ses tripes. On sait déjà que l’on a affaire à une précieuse artiste, que l’on veut voir (et surtout écouter) grandir.

Je pense que lon traverse une sorte de crise morale. Il y a une perte de repères à laquelle les gens de mon âge répondent en repoussant toutes les limites. On va toujours plus loin pour en trouver de nouveaux. Ce chaos nous pousse à revendiquer nos identités, à assumer notre côté weird

u.r.trax, propos recueillis par Trax Magazine
u.r.trax (DJ set) – Rinse France

Vers l’onirisme, au delà des limites du réel

L’art immersif ou l’essor de l’hyperréalisme

Alors qu’hier, nous portions à une œuvre un « simple » regard contemplatif, aujourd’hui l’expérience artistique devient multi-sensorielle, corporelle, intérieure. L’art, à la manière d’un rêve, devient une expérience d’évasion des plus intense. Dans une confrontation entre l’organique et la technologie, le virtuel et le réel, l’instinctif et le programmé, l’art questionne sur la place de l’homme dans l’équilibre naturel. On veut troubler, provoquer, procurer des émotions jusqu’alors inconnues.

Au-delà d’une mutation esthétique, il s’agit d’une réelle transformation de la perception sensorielle, tant visuelle, que sonore, mentale et physique. Un pouvoir hypnotique, témoignage des contrastes entre industrialisation et ressources naturelles, invitant le spectateur à réinventer son rapport aux corps, au temps, et à l’espace. Une prise de conscience aussi, de nos propres limites… Lieu emblématique de l’art immersif, l’Atelier des Lumières a présenté en 2019 l’œuvre du jeune Thomas Vanz, « Verse » : une ode à l’immensité et la beauté du monde céleste, ahurissante de beauté et de sens.

Thomas Vanz déforme lespace-temps et propose à travers ce projet une vision sublimée de l’éternelle poésie du cosmos

L’Atelier des Lumières
VERSE – Trailer ( Exposition Immersive @ L’Atelier des Lumières )

Autre création immanquable de Thomas Vanz, sa collaboration avec Max Cooper, sur le titre « Let there be ». Il y a dans cette œuvre quelque chose de manifestement plus grand que tout, une lumière infinie, un état de paix qui s’illustre à travers un mariage idéal entre la musique et le visuel.

L’approche de nouvelles esthétiques

L’intelligence artificielle ouvre sans conteste les champs esthétiques à de nouvelles perspectives. Parmi ceux qui se sont emparé du sujet, Pierre Barreau, 23 ans et créateur d’Aiva. Aiva est une intelligence artificielle qui a appris l’art de composer en analysant plus de 30 000 des plus grandes œuvres de l’histoire de la musique (Bach, Mozart, Beethoven…). Outre ses capacités de composition, l’ambition du créateur d’Aiva est de rendre possible l’adaptation de la musique créée par une intelligence artificielle à une personnalité humaine : son humeur du moment, ses goûts, ses émotions…

C’est notre vision à Aiva : personnaliser la musique pour que chacun d’entre vous, et chaque personne sur Terre puisse avoir une bande-son personnalisée en direct, basée sur son histoire et sa personnalité

Pierre Barreau, TedX 2018

La composition produite par l’équation homme-machine reflète une mystérieuse et fulgurante créativité humaine boostée par de nouvelles complexités de composition. C’est une nouvelle sensibilité « machinique » qui s’instaure, rendue possible par la qualité des architectures d’interaction de l’intelligence artificielle, elles-mêmes façonnées par l’homme. Du côté des créateurs, il s’agit de trouver un complexe équilibre dans le processus de création, entre l’aléatoire et le régulier, le formalisme et l’imaginaire… dont l’excellence artistique reste encore à prouver.

I am AI – AI Composed Music by AIVA

Les codes de l’art se bousculent les uns après les autres

Des mondes jusqu’alors cloisonnés se côtoient et viennent étendre les concepts esthétiques à de nouveaux horizons. Les nouvelles générations portent une volonté commune de « travailler le vivant », de dépeindre l’humanité avec clairvoyance, et de provoquer un futur nouveau. Plus sensible, plus sincère. Une chose est sûre : la jeunesse est bouillonnante, elle suit son intuition, et n’est pas prête de rentrer dans les normes.

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Marine Robert,

Parisienne, libre et spontanée, elle a décidé de prendre la vie comme une aventure en provoquant l’inattendu. Férue d’art vivant et de débats culturels, son parcours lui apporte l’émotion et l’intensité qu’elle recherche. Au service de la diversité, elle aime croiser les regards, explorer les alternatives, et partager son optimisme.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez vous à notre newsletter.