Nous avons tous entendu parler de la légende de la dame blanche au moins une fois dans nos vies. Cette femme fantôme qui apparaîtrait à minuit dans le miroir si l’on se risquait à répéter son nom d’après des rumeurs de cour d’école. Aujourd’hui, cette légende qu’on pourrait penser révolue est pourtant toujours d’actualité.

Elle hante encore la Forêt de Brocéliande et le château de Trécesson en Bretagne. La dame blanche, ce fantôme dont on a tous entendu parler. La directrice du centre de l’imaginaire arthurien fondé en 1988, situé au beau milieu de la forêt de Brocéliande, nous éclaire sur cette légende multiple.

La Forêt de Brocéliande : folklore et légendes

Brocéliande, terres de la dame blanche ?
Brocéliande, terres de la dame blanche ?

Claudine Glot, présidente du centre de l’imaginaire arthurien, est à présent à la retraite. Elle y est toujours impliquée et tient encore un rôle central au sein de l’association. Cet organisme promeut activement les légendes arthuriennes et bretonnes aux alentours de la forêt de Brocéliande. L’implication de la présidente, des chercheurs, d’artistes et d’artisans locaux, avec le soutien de l’office de Tourisme de Brocéliande, a permis de diffuser ce folklore à une large audience.

Un merveilleux qui imprègne les lieux et ses visiteurs. La forêt de Brocéliande est une forêt mystérieuse et un endroit magique d’après les légendes celtes. Claudine a justement écrit un livre sur cette forêt. La fontaine de Barenton, Merlin l’enchanteur, la Fée Morgane et Viviane, les chevaliers de la table ronde, les géants de la forêt de Brocéliande, les Korrigans et bien d’autres peuplent cette forêt. Une forêt merveilleuse qui n’a en rien perdu de sa renommée

Il y a toujours plus de visiteurs. Les gens qui viennent se promener pour le plaisir de la nature côtoient ceux qui sont attirés par la spiritualité, sa réputation légendaire et les vibrations telluriques et cosmiques de cette forêt.

Pour elle, toute légende s’inscrit durablement dans l’imagination et l’esprit humain : « Un mythe est toujours vrai. Une légende aussi. Mais ils le sont dans la croyance et dans les émotions qu’ils procurent « . La question des preuves historiques n’est alors pas un point central. À l’heure d’aujourd’hui, il n’y en a aucune.  Et pourtant, les légendes continuent de prospérer.

Une légende de la dame blanche prolifique

Représentation de la dame blanche
Représentation de la dame blanche

C’est donc dans cette matière riche en folklore historique, culturel et légendaire que l’histoire de la dame blanche s’épanouit. C’est ce que souligne Claudine : « La légende de la dame blanche ou la « Mariée de Trécesson » est un des mille échos de la croyance dans le passage entre ce monde et l’autre monde, entre les vivants et les morts. La mémoire celtique témoigne depuis des dizaines de siècles de cette croyance. Les fées et les esprits des légendes de Brocéliande font partie de cette même foi dans la communication avec l’Autre Monde ».

Un jésuite Martín Antonio Delrío parlait des dames blanches en ces termes : « Il y a des sortes de spectres peu dangereux qui apparaissent en femmes toutes blanches dans les bois et dans les prairies ; parfois on les voit dans les écuries, tenant des chandelles allumées dont elles laissent tomber des gouttes sur le toupet et les crins des chevaux, qu’elles peignent et qu’elles tressent ensuite fort proprement « .

C’est au 19ème siècle que l’engouement autour de la légende est le plus marqué

En 1824, le livre La mariée de Trécesson va officialiser la légende au sein de ce château au cœur de la Bretagne. Ce fantôme serait une mal morte tuée au Château de Trécesson en plein fiançailles. On raconte qu’un des membres de la famille de Trécesson aurait observé un événement glaçant : deux hommes sont sortis d’un attelage. Ils auraient violemment jeté dans une fosse une jeune femme, couronne de fleurs sur la tête, vêtue d’une robe de soie blanche. Les soirs de pleine lune, cette revenante plane sur les toits du château.

Il s’agit d’un château privé, actuellement en vente, qui recèle donc de nombreux secrets. Construit entre le 14ème et le 15ème siècle, ce bel édifice se situe en bord de la forêt de Brocéliande, les pieds dans l’eau. Au 18ème, le corps de cette femme aurait été retrouvé dans ce château. Déjà des jeunes filles se déplaçaient pour toucher son bouquet de mariée afin de, paradoxalement, leur porter bonheur pour leur futur mariage. Les premières légendes d’une femme revenante seraient colportées bien avant cette époque. Depuis le Moyen-âge, la dame blanche est déjà sur toutes les lèvres.

Cette légende de la Dame Blanche n’est donc pas unique

La Dame blanche dans son apparence la plus courante
La Dame blanche dans son apparence la plus courante

Une autre version mentionne que la dame blanche se trouverait au château de Puy Martin au cœur du Périgord. Une autre encore parle de Mathilde, la petite-fille de Guillaume le Conquérant qui aurait été enfermée dans l’abbaye de Mortemer à Rouen et dépossédée de son trône. Ce sont toutes des femmes qui seraient mortes de désespoir ou tuées subitement. Parfois, on parle de lavandières et de messagères revenantes. Non contentes d’hanter des édifices du passé, elles arpentent sans relâche les plaines et les routes. Rien qu’en France, il existerait une quantité non négligeable de versions différentes. On peut retrouver cette revenante dans d’autres pays comme au Maroc. La légende urbaine décrit la dame blanche comme une femme fantôme au nom d’Aicha Kandicha hantant les parkings de supermarchés. Au pays de Galles, on parle même de dames vertes, des fées capables de se fondre dans le paysage.

L’étonnante diversité des légendes de la dame blanche montre cet engouement toujours d’actualité autour du folklore de Brocéliande, des légendes arthuriennes et des esprits qui la peupleraient, un cadre privilégié pour divulguer cette légende de femme revenante déclinable à l’infini dans de nombreuses régions de l’hexagone et dans le monde entier. Une preuve que l’homme a toujours voulu sonder l’au-delà et ce même à l’ère de la post-modernité.

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Audrey Poussines ,

Journaliste web et print passionnée par les faits de société, la culture, l'environnement, le sport et bien d'autres rubriques. En matière de sport, je suis très intéressée par les sports extrêmes. Je suis aussi une fan d'art urbain et d'art moderne, de gastronomie du terroir et exotique, captivée par tout moyen d'expression : danse, littérature, musique...

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.