La journée mondiale du livre et du droit d’auteur est l’occasion de faire une rétrospective des douze livres marquants de l’année 2021. Évidemment, nous ne pouvons pas tous les citer dans cette sélection. Il a fallu faire des choix. Mais alors pourquoi douze ? Douze livres, un pour chaque mois de l’année, afin de vous accompagner au fil des saisons. Laissez-vous porter par les sujets divers et variés, vous pourrez même en ajouter à votre fameuse Pile à lire (PAL).

Ce fut une année riche en émotions et en mots

Il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges, et cela, sur de nombreux sujets. Si nous devions nous attarder sur un livre en particulier en 2020, ce serait bien l’Année de Grâce de Kim Liggett. Ce livre féministe, n’a en effet pas fait l’unanimité. Mais il questionne l’actualité, le genre, les traditions et les rituels. Inspiré par La servante écarlate de Margaret Atwood, Kim Liggett nous plonge dans un univers sombre, où les femmes sont dotées de magie.

Cependant, ne nous attardons pas plus sur cette année passée, car c’est bien 2021 qui nous intéresse aujourd’hui ! Vous l’aurez compris, nous allons parler de livres déjà sortis. Ceux qui ont eu un impact, qui questionnent, qui ont ce petit quelque chose en plus. Cette sélection est un éventail de douze livres marquants, en cas de panne de lecture, de curiosité ou de passion littéraire.

Janvier : D’or et d’oreillers, de Flore Vesco, Éditions L’école des Loisirs

D’or et d’oreillers, de Flore Vesco, Éditions L’école des Loisirs
D’or et d’oreillers, de Flore Vesco, Éditions L’école des Loisirs

Cette sélection commence donc avec le mois de janvier. Le mois où l’on se réveille doucement après les fêtes de fin d’année. Et quoi de mieux que le livre D’or et d’Oreillers de Flore Vesco. Il fait écho au conte de Hans Christian Andersen, La princesse au petit pois. L’autrice conte une histoire moderne, où les femmes sont bien plus que de simples objets de convoitise. C’est un souffle d’air frais grâce à l’écriture fluide et poétique. L’autrice nous entraîne dans un univers complètement fascinant et une histoire prenante. Il est facile de pénétrer dans ce roman et de suivre les personnes et leurs péripéties. C’est une belle découverte de la littérature jeunesse tant l’histoire est captivante. Cependant, nous aimerions que la dernière page n’arrive jamais.

Février : Jouissance Club : Une cartographie du plaisir de Jüne Pla, Éditions Marabout

Jouissance Club : Une cartographie du plaisir de Jüne Pla, Éditions Marabout
Jouissance Club : Une cartographie du plaisir de Jüne Pla, Éditions Marabout

Comme chaque année, février annonce le mois de l’amour à cause de la Saint-Valentin. Cependant, ce n’est pas l’amour qui nous intéresse, mais sur un sujet tout aussi intime. Jüne Pla se penche sur la sexualité grâce à son livre Jouissance Club : Une cartographie du plaisir. Connue pour son compte Instagram du même nom, Jüne Pla nous invitait déjà à travers son compte à questionner notre sexualité. Ainsi, les mots d’ordre sont : la construction ou la déconstruction.

Son livre est une continuité de cet apprentissage. Il peut intéresser les jeunes comme les moins jeunes, peu importe le sexe et les sexualités. Mais il est bien plus qu’un livre. C’est un guide afin d’appréhender ce corps qui est le vôtre ou celui de votre partenaire. Il incite à découvrir de nouvelles pratiques pour s’éloigner de la pénétration classique et de s’aventurer sur les zones érotiques que nous pouvons à peine soupçonner. La place de Jouissance Club est sur sa table de chevet pour accompagner vos nuits vers la réappropriation de la sexualité.

Mars : La vengeance m’appartient, de Marie Ndiaye, Éditions Gallimard

La vengeance m’appartient, de Marie Ndiaye, Éditions Gallimard
La vengeance m’appartient, de Marie Ndiaye, Éditions Gallimard

En mars, intéressons-nous au douzième roman de Marie Ndiaye, La vengeance m’appartient. Ce livre est énigmatique et mystérieux. L’autrice nous précipite dans un moment de vie, celui d’une avocate : Mme Suzanne. Nous ne connaissons quasiment rien de ce personnage à part son nom et son physique mentionné de façon très succincte.

Tout le roman se construit autour de l’infanticide d’une femme dont Mme Suzanne est l’avocate. Une avocate tourmentée, dont de nombreux secrets entrent sans jamais vraiment en sortir. Une multitude de questions est posée au fil du roman, mais auront-elles des réponses un jour ? Marie Ndiaye nous capte avec sa plume, pour des passages passionnants de lecture. Tout l’enjeu du livre se trouve dans ce goût de “reviens-y”, pour en découvrir davantage sur cette histoire et saisir les subtilités.

Avril : QI – quand le succès à un prix, de Christina Dalcher, Éditions Nils Eds

QI - quand le succès à un prix, de Christina Dalcher, Éditions Nils Eds
QI – quand le succès à un prix, de Christina Dalcher, Éditions Nils Eds

Avril laisse place à des journées plus rayonnantes. C’est pourquoi QI, le dernier roman de Christina Dalcher est idéal pour contraster le réel. Nous connaissons déjà l’autrice pour son goût particulier pour les dystopies. Tout comme dans son livre Vox, Christina Dalcher pousse les dérives de notre société dans les paroxysmes les plus sombres et profonds.

Le monde décrit dans QI fait froid dans le dos tellement il semble réaliste et plausible. Le système se referme sur une femme, une mère qui ne peut que prendre conscience de sa condition. Ainsi, pour le plus grand plaisir des lecteurs et lectrices, Christina Dalcher sort une histoire riche en réflexions. Ses personnages évoluent dans un environnement obscur, dans lequel ils se battent pour être les plus riches, les plus intelligents, les plus…

Mai : Réinventer l’amour : Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles, de Mona Chollet, Éditions La découverte

En mai, on fait ce qui nous plaît et pour cela rien de mieux que l’essai de Mona Chollet ! Mona Chollet est journaliste du Monde diplomatique et autrice iconique du féminisme. Elle nous dévoile son dernier essai, Réinventer l’amour. Après s’être attaquée à la pression de la mode ou à l’émancipation des femmes, elle aborde un sujet qui nous touche tous : l’amour.

La journaliste met en lumière le couple hétérosexuel sous l’emprise du patriarcat, notamment à travers les charges mentales, les tâches ménagères, les violences conjugales et les féminicides. Peut-on vraiment s’émanciper du couple que l’on nous décrit dans les comédies romantiques ? Être féministe est-ce compatible avec de véritables histoires d’amour ? L’essayiste nous invite, non pas à sortir de l’hétérosexualité ou à faire l’apologie du polyamour, mais à prendre conscience du couple à travers de grandes questions. Nous aurons toutes les cartes en main afin de créer notre propre histoire d’amour avec un grand A.

Juin : 47 cordes, Timothé Le Boucher, Éditions Glénat BD

47 cordes, Timothé Le Boucher, Éditions Glénat BD
47 cordes, Timothé Le Boucher, Éditions Glénat BD

En juin, c’est Timothé Le Boucher ! L’auteur de bandes dessinées nous propose 47 cordes, le volume 1. On suit la traque d’une Métamorphe sur sa nouvelle proie : Ambroise. La métamorphe peut se transformer à volonté en n’importe quel être humain : homme, femme, jeune ou âgé. Tout est permis tant qu’elle s’approche de cet homme tant convoité. Mais pourquoi ?

Le jeune harpiste est, quant à lui, obnubilé par la fameuse harpe aux 47 cordes. Une revisite du jeu du chat et de la souris sous des airs mélodieux. Cependant, la souris ne sait pas qu’elle est une proie. C’est un cocktail visuel et littéraire intriguant, revigorant, sensuel, voire sexuel et peut-être même un peu flippant. Les dessins de l’auteur sont hypnotiques et attrayants tout comme l’histoire qui nous attire page après page à la fin du livre. On attend impatiemment la suite !

Juillet : Un jour ce sera vide, de Hugo Lindenberg, Éditions Bourgois

Un jour ce sera vide, de Hugo Lindenberg, Éditions Bourgois
Un jour ce sera vide, de Hugo Lindenberg, Éditions Bourgois

Juillet, les journées chaudes se sont installées, les vacances débutent avec un livre qu’on glisse au fond de son sac, destination inconnue. Le livre, Un jour ce sera vide de Hugo Lindenberg nous emmène sur les plages de Normandie.  Nous suivons donc l’été d’un petit garçon de 10 ans, qui observe les vraies familles sur la plage. À un âge qui semble innocent et où l’on vit intensément, nous rentrons dans les plus intimes pensées et questions de l’enfant.

Notre protagoniste imagine, rêve, fantasme même sa vie idéale comme celle de son ami de vacances Baptiste. Lauréat du Prix du Livre Inter 2021, Un jour ce sera vide, nous confie une réflexion poignante sur la construction de l’adulte à travers la honte familiale et sociale. Seul l’amour de sa grand-mère l’apaise et le réconforte. C’est un livre sensible fait de silence, de non-dits et d’émotions. L’auteur nous entraîne sur les plages de Normandie entourées de méduses et de secrets.

Août : Elise sur les chemins, Bérengère Cournut, Éditions Le Tripode

Elise sur les chemins, Bérengère Cournut, Éditions Le Tripode
Elise sur les chemins, Bérengère Cournut, Éditions Le Tripode

Continuons nos vacances au mois d’août mais avec un tout autre rythme. Et du rythme, le livre Elise sur les chemins de Bérengère Cournut en a. Ce long poème en vers libres est un hymne au respect de la nature et à l’amour de la famille. Les vers libres lui donnent un air de balade inédite. Au-delà de l’histoire, les vers eux-même vous amènent à travers les sentiers de la forêt et des montages.

À la recherche de ses frères aînés, Elise, jeune fille de 12 ans décrit la vie à la sauvage dans un cocon familial attendrissant. Tantôt touchante, tantôt drôle, Bérengère Cournut nous livre un entre-deux de liberté et d’aventure. Une lecture brève et émouvante, il n’en faut pas plus pour adoucir la fin de l’été.

Septembre : Seule en sa demeure, de Cécile Coulon, Éditions Groupe Margot

Seule en sa demeure, de Cécile Coulon, Éditions Groupe Margot
Seule en sa demeure, de Cécile Coulon, Éditions Groupe Margot

Septembre sonne la rentrée des classes avec un thriller sensuel, Seule en sa demeure, de Cécile Coulon. L’autrice décrit à merveille la nouvelle vie d’Aimée dans la grande maison de son nouvel époux, Candre. La peur s’installe doucement dans cette maison, point commun de tous les personnages du passé et du présent. Grâce au style de l’autrice, les contours de l’histoire se referment petit à petit sur nous. Nos doutes s’entremêlent à ceux des personnages dans une ambiance bien particulière qu’ils ne cessent d’accentuer.

Entre passion amoureuse et désir nouveau, entre son époux et sa professeure de musique, la protagoniste découvre, cherche et imagine. Des mots parfois sensuels, insinués ou crus, ils nous laissent imaginer le champ des possibles. Ce roman veut, dès le départ, nous livrer un univers énigmatique où les secrets sont bien gardés. Mais que s’est-il vraiment passé ?

Octobre : Le syndrome des cœurs brisés, de Salomé Baudino, Éditions L’Observatoire

Le syndrome des cœurs brisés, de Salomé Baudino, Éditions L’Observatoire
Le syndrome des cœurs brisés, de Salomé Baudino, Éditions L’Observatoire

L’automne s’installe doucement et nous entamons le mois d’octobre. Le premier roman de Salomé Baudino, Le syndrome des cœurs brisés vous accompagnera vers ces journées plus courtes. L’autrice offre une réflexion sur notre époque à travers un sujet phare qui est les histoires d’amour. Les couples sont confrontés à une nouvelle technologie, la TimeWise, qui permet de connaître la date de péremption de leur histoire d’amour.

L’écriture légère de l’autrice nous invite dans l’univers d’un couple, celui de Lola et Victor. Les défauts et la faiblesse des personnages rendent cette histoire d’amour à la fois passionnante et déchirante. Salomé Baudino, nous dévoile une critique d’une société accro à la technologie où l’amour est consommable et périssable. Mais n’est-ce pas déjà le cas avec les applications de rencontres ?

Novembre : Ces orages-là, de Sandrine Collette, Éditions de l’épée

Ces orages-là, de Sandrine Collette, Éditions de l’épée
Ces orages-là, de Sandrine Collette, Éditions de l’épée

En novembre, le temps plus sombre s’accompagne souvent de pluie et d’orages. Le roman Ces orages-là de Sandrine Collette trouve sa place dans notre sélection des douze livres marquants de 2021. L’autrice, par une écriture simple et réaliste, nous raconte la fuite de sa protagoniste, Clémence. Elle fuit son couple et plus particulièrement son ex-conjoint Thomas, un homme violent. Ainsi, les violences conjugales s’installent doucement et se referment sur notre héroïne. Nous ressentons l’emprise psychologique du bourreau contre sa victime. Et c’est un long chemin non-tranquille que Clémence doit emprunter pour être libre.

Un roman tristement d’actualité tant le sujet est sensible. Des collectifs tels que le collectif féministe NousToutes sensibilise sur tous les types de violences. C’est un livre intéressant qui retrace le processus de déconstruction face à la manipulation et le rapport de force. Clémence fait tout son possible pour s’en sortir, mais à quel prix ?

Décembre : Blizzard, de Marie Vingtras, Éditions de l’Olivier

Blizzard, de Marie Vingtras, Éditions de l’Olivier
Blizzard, de Marie Vingtras, Éditions de l’Olivier

Décembre, la fin de l’année approche et laisse place à l’ambiance hivernale. Cependant, ce n’est pas un roman joyeux que je vous propose dans l’esprit des fêtes. Nous partons dans une tout autre atmosphère avec le premier roman de Marie Vingtras, Blizzard. La tempête de neige rythme ce roman glaçant et émouvant. Un thriller captivant, qui nous invite à vivre le temps d’une lecture en Alaska lorsque le grand froid s’installe. Nous ne parlons pas de vivre, mais de survivre. Et pourtant Bess, Bénédict, Cole et Freeman ont choisi d’y faire leur vie.

C’est une course-poursuite contre le Blizzard pour retrouver un enfant. À tour de rôle, on découvre les histoires et les mystères des quatre personnages principaux. Marie Vingtras a su, pour chacun de ses personnages, apporter une vraie profondeur. C’est un roman poignant, troublant où chaque détail compte. L’histoire prend aux tripes, nous réveille et nous secoue pour finir le mois en beauté.

Cette rétrospective des douze livres marquants de l’année 2021 s’achève

Ce sont des livres complètement différents qui abordent des sujets plus ou moins sensibles. Parfois émouvant, parfois bluffant ou enivrant les histoires contées dans les livres ne cesseront de nous surprendre. Cependant, l’année 2022 semble tout aussi prometteuse. Et sans grand étonnement, de nombreux livres sont déjà présents dans ma Pile à Lire et plus particulièrement Numéro deux de David Foenkinos.

Mais en attendant, quel livre attendez-vous ou aimeriez-vous retrouver dans les douze livres marquants de l’année 2022 ?

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Celia Chabaudie ,

Originaire du Sud de la France, je suis née à Nice. Après un Master en Information et Communication à Toulon, je me suis installée à Lyon. Passionnée par la culture, le féminisme et la lecture, je peux désormais relier mes centres d’intérêts et ma curiosité en tant que rédactrice web pour laisser filer ma plume au gré des sujets.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.