En mai 68, une grève générale paralyse la France. Entre guerre du Viêtnam, augmentation des salaires et liberté d’expression, revivez les moments-clés d’une crise où il était « interdit d’interdire ».

« Sous les pavés, la plage », « L’imagination, c’est le pouvoir ! »… Reconnaissez-vous ces slogans ?

Mai 68 est le plus grand mouvement social du XXe siècle en France. S’il débute avec les étudiants à Paris, il s’étend bientôt au monde ouvrier et à l’ensemble du territoire. En quelques semaines, la grève est générale ! Replongez dans un événement qui bouleversa la société française…

Que s’est-il passé en mai 68 ? 4 dates à retenir

Principaux slogans et affiches qui ont habillé les murs de Paris durant mai 68 afp.com/Alain BOMMENEL
Principaux slogans et affiches qui ont habillé les murs de Paris durant mai 68 afp.com/Alain BOMMENEL

3 mai, la révolte des étudiants

Les étudiants occupent la Sorbonne ! Craignant des débordements, le recteur de Paris, Jean Roche, contacte les forces de l’ordre. Il les invite à venir expulser les « éléments perturbateurs ». Les policiers pénètrent dans la Faculté et évacuent les étudiants. Plus de 500 seront emmenés au poste pour un contrôle d’identité. La situation dégénère. Des pavés sont jetés sur les agents, qui répliquent avec des gaz lacrymogènes.

La colère explose dans le Quartier latin. Les jours suivants, les affrontements se poursuivent, faisant des centaines de blessés. La fronde finit par gagner d’autres villes universitaires, tandis que les syndicats viennent manifester aux côtés des étudiants.

13 mai, grève générale !

Condamnant les brutalités policières, les syndicats s’engagent aux côtés des étudiants. D’universitaire, la crise devient sociale. Le 18 mai, la France compte 2 millions de grévistes. Le lendemain, le général de Gaulle prend la parole. Cinq jours plus tard, les grévistes sont 10 millions ! Les dépôts de carburant sont sous blocus. Le pays est paralysé !

27 mai, les Accords de Grenelle

L’impact économique de la grève générale décide l’État à réagir. Le gouvernement entame des négociations avec les syndicats. Sur la table, l’augmentation du SMIG, l’abaissement de l’âge de la retraite et la réduction du temps de travail. Toutefois, ces Accords de Grenelle déçoivent une grande partie des syndicalistes, qui poursuivent les mouvements de grève. La situation échappe au gouvernement : cette fois, la crise est politique.

30 mai, la dissolution de l’Assemblée nationale

Le 29 mai, à la surprise générale, le Conseil des ministres s’ajourne et de Gaulle disparaît. En secret, il se rend à Baden-Baden, pour s’entretenir avec le général Massu. Le lendemain, une grande manifestation gaulliste rassemble 1 million de personnes à Paris. Le Général annonce un remaniement ministériel et la dissolution de l’Assemblée nationale. Les tensions s’apaisent et, à partir du 4 juin, le travail reprend progressivement. Les élections législatives, à la fin du mois, De Gaulle et l’UDR sont plébiscités par les votes. La crise de Mai 68 s’achève, mais rien ne sera plus comme avant…

Quelques clés pour comprendre

Affiche de Mai 68 / Anonyme, consultable en ligne sur Gallica
Affiche de Mai 68 / Anonyme, consultable en ligne sur Gallica

Un phénomène mondial

La tension qui va parcourir la France n’est pas un cas isolé. Elle tire une part de son origine des États-Unis. En 1964, sur le campus de l’université de Berkeley, le Free Speech Movement s’était élevé contre la guerre au Viêtnam. Cette dénonciation de l’impérialisme américain, doublée d’une critique de la société de consommation, trouvera un écho chez de nombreux jeunes au Mexique, au Japon, en Italie… et en France.

Le malaise de la société française

En France, justement, la société est en pleine mutation. Alors que l’économie s’équilibre, le taux de chômage augmente. L’ANPE, futur Pôle Emploi, est d’ailleurs fondée en 1967. Les baby-boomers, ces enfants nés juste après la Seconde Guerre mondiale, sont désormais de jeunes adultes. Ils revendiquent le droit à l’épanouissement personnel et défendent les libertés individuelles. Au sein des universités, les idées circulent et se politisent, inspirées par les mouvements libertaires.

Le mouvement du 22 mars

La Faculté des Lettres de Nanterre ouvre ses portes en 1964, pour soulager les effectifs de la Sorbonne. Le 22 mars, une centaine d’étudiants, dont Daniel Cohn-Bendit, envahissent les locaux administratifs de l’université. Ils protestent contre l’enseignement traditionnel et l’insuffisance des moyens, mais se heurtent à un mur. Pendant des semaines, ils occupent les lieux et organisent des meetings. Finalement délogés, ils se rendent à la Sorbonne. Nous sommes le 2 mai 1968, et la crise commence pour de bon.

Des travailleurs en grève devant leur usine occupée en juin / ©George Garrigues, CC BY-SA 3.0, Wikimedia commons
Des travailleurs en grève devant leur usine occupée en juin / ©George Garrigues, CC BY-SA 3.0, Wikimedia commons

Ce que Mai 68 a changé

Par son aspect total, ce mouvement a profondément bouleversé la société française. Il a remis en cause ses valeurs traditionnelles, s’opposant à un pouvoir rigide et paternaliste. Pour le sociologue Michel Fize, «c’est la première fois que les jeunes se différencient vraiment de leurs parents ». Surtout, il a provoqué une libération de la parole et des idées, qui vont changer le visage du pays.

Dans les mois qui suivent, la loi Faure vient réformer l’administration des universités

Elle leur accorde davantage d’autonomie et favorise la pluridisciplinarité. Le monde du travail évolue, avec de nouveaux droits pour les salariés. Parmi ceux-ci, deux semaines supplémentaires de congés payés. Le temps de travail hebdomadaire de 40 h, adopté sous le Front populaire en 1936, est désormais appliqué. En 1969, De Gaulle quitte la présidence de la République, remplacé par Georges Pompidou.

Cette crise marque également un tournant dans l’émancipation des femmes

En 1969, la loi sur la contraception est finalement adoptée. Elle ouvre la voie à une autre révolution : la légalisation de l‘IVG, en 1975 !

Mouvement social emblématique, Mai 68 a peut-être moins changé qu’accéléré le cours de l’Histoire. Son héritage est toujours palpable aujourd’hui dans de nombreux domaines, tandis que ses slogans sont devenus célèbres. En bref, « soyez réalistes, demandez l’impossible » !

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par Gwennaelle Massart ,

Passionnée de littérature, d’art et d’Histoire, j’ai grandi au milieu des livres avant d’entamer des études de Lettres. Depuis, je suis devenue rédactrice web SEO freelance pour vivre mes propres aventures. Dans mes articles, je voyage à travers l’espace et le temps pour partager avec vous mes découvertes culturelles. On y va ?

Commenter cet article