Élément majeur du patrimoine français, l’Arc de Triomphe enchante toujours et attire plus de deux millions de visiteurs par an. Ce qui fait de lui un des monuments les plus fréquentés en France. Un regard plus profond à l’intérieur de ce bâtiment historique.

L’Arc de Triomphe de l’Étoile se construit entre 1806 et 1836. C’est l’un des monuments historiques les plus connus et les plus visités de France. Il est un acteur actif de l’histoire et de la contemporanéité de la ville de Paris. Participant à des nombreux événements de rang national. Le mariage de Napoléon Ier, la mort de Victor Hugo, la Seconde Guerre Mondiale ou encore le mouvement des Gilets Jaunes… L’Arc de Triomphe est non seulement un témoin, mais aussi l’élément essentiel de ces événements importants, joyeux ou tristes…

Le récit complet illustré « La voie triomphale ». Collection “Patrie”, auteur : Léon Groc, 1920
Le récit complet illustré « La voie triomphale ». Collection “Patrie”, auteur : Léon Groc, 1920

L’Arc de Triomphe, c’est aussi le terrain d’expression artistique de plusieurs artistes et leurs projets. L’un d’entre eux fut d’ailleurs plus important et plus monumental. Son emballage en hommage posthume au couple d’artistes Christo et Jeanne-Claude. Evénement ayant eu lieu du 18 septembre au 3 octobre 2021. Connu partout et par tous, élément indispensable du grand axe est-ouest, il fait partie intégrante du paysage parisien et français.

Inspirations antiques de l’Arc de Triomphe

L’Arc de Triomphe, c’est le résultat de trente ans de travail, de projets, d’esquisses, de brouillons. Mais c’est la bataille d’Austerlitz et le victorieux Napoléon Ier, qui sont à l’origine de ce projet monumental. C’est lui qui, au lendemain de cette bataille glorieuse, promit à ses soldats :

Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de triomphe.

Ces mots font référence à l’Empire Romain et ses arcs de triomphe, construits pour commémorer les troupes victorieuses.

Initialement, l’emplacement de ce projet monumental était l’ancienne Bastille. Mais le ministre de l’intérieur de l’époque, Jean-Baptiste de Nompère de Champagny, le déconseilla. Le choix se porte alors sur l’ouest parisien et la place de l’Étoile, avec ses vues à couper le souffle. L’Arc de Triomphe trouve alors sa place au centre de la place Charles-de-Gaulle. Autrefois appelé place de l’Étoile, avec ses 12 avenues rayonnantes autour d’elle.

Une inscription au Musée de l’Arc de Triomphe
Une inscription au Musée de l’Arc de Triomphe

Au cœur du monument, au cœur de la France

L’Arc de Triomphe, c’est aussi son musée, géré par le Centre des monuments nationaux. Cet établissement, malgré son emplacement central, est peu connu du public. L’Arc de Triomphe n’étant à leurs yeux qu’un monument avec une vue spectaculaire. Pourtant, ce musée est indispensable afin de comprendre l’importance de ce monument et l’histoire qui l’entoure.  Tant d’un point de vue sociologique que symbolique d’ailleurs. Le musée dispose de documents originaux, mais aussi de photos, dessins et gravures. Ce monument, pendant environ 200 ans d’existence, fut un témoin privilégié de l’Histoire. De nombreuses ascensions, mais aussi de chutes de héros nationaux, de génies, connus ou inconnus…

La statue Le Poilu de Jean Boucher
La statue Le Poilu de Jean Boucher

Le 11 novembre 1920, les héros inconnus honorés

C’est sur ces derniers, ou ce dernier, que notre attention se porte pendant notre visite au musée de l’Arc de Triomphe. Nous pouvons suivre l’invention de l’idée du Soldat Inconnu et sa conception au cours des années. Ce projet, parfait pour rendre hommage aux morts, naît en 1916 sous l’impulsion du Président du Souvenir Français, François Simon. Il se réalise en 1920. Mais c’est le 28 janvier 1921, que ce concept se concrétise complétement, avec la dépouille du soldat inconnu inhumée officiellement sous l’Arc de Triomphe. De par son anonymat, il symbolise tous les morts, le pays en deuil, et son sacrifice collectif. C’est aussi un hommage et une récompense à toutes ces familles qui ont perdu leurs fils, leurs pères, et qui n’ont pas pu être identifié et honorés par les sépultures.

Ce tombeau symbolique connaît une grande ferveur, en particulier au début des années vingt, où « il faut retirer les fleurs qui s’y amoncellent deux fois par semaine » selon les documents accessibles au musée.

La flamme éternelle de la gloire

Le 11 novembre 1923, une flamme est ajoutée au tombeau. C’est le couronnement absolu du concept de Soldat Inconnu, ce qui transforme la tombe en sanctuaire, lieu symbolique où se mélangent le culte de la mémoire des soldats morts, le culte patriotique, la vision d’un pays martyrisé… Ravivée quotidiennement, en faisant référence au culte antique du feu sacrée, la flamme et la tombe deviennent un symbole éternel de la Passion de la France et de son histoire, non seulement des héros perdus de la Première Guerre Mondiale, mais « de toutes ses souffrances, ses épreuves (…) Elles incarnent aussi sa résilience et sa farouche volonté de vivre libre. Éternelle sentinelle, cadavre physique et symbolique incarnant une France meurtrie mais debout, le Soldat inconnu veille depuis cent ans sur la patrie et sur la paix »

Une carte postale
Une carte postale

Un cadeau, un hommage

L’Arc de Triomphe est également devenu un objet d’art contemporain : du 18 septembre au 3 octobre 2021. Empaqueté comme un hommage aux artistes land-art Christo et Jeanne-Claude, dont les projets monumentaux ont été vus partout dans le monde. De 1961 à 2009, les artistes ont emballé ensemble, parmi d’autres, le Pont Neuf et le Reichstag, ils ont mis des plateformes flottantes sur le lac d’Iseo en Italie, ou encore mis 7500 portiques à Central Park à New York.

Le projet d’empaquetage vivait dans les têtes de ce couple depuis 1961, et c’est 60 ans après qu’il est enfin concrétisé, malheureusement sans la participation des artistes eux-mêmes. « L’Arc de Triomphe, wrapped » gagne alors en importance, et devient un hommage posthume à l’œuvre et la vie de ces artistes extraordinaires. En mettant au cœur ce monument historique, le projet a mit en valeur cet élément emblématique du pays, ainsi que l’importance de son patrimoine.

Collage 2018. Photographie de Wolfgang Volz, carte et ruban dessinés à la main Photo: André Grossmann © 2018 Christo
Collage 2018. Photographie de Wolfgang Volz, carte et ruban dessinés à la main Photo: André Grossmann © 2018 Christo

L’Arc de Triomphe, acteur de projets de rang national, ainsi que de projets artistiques variés, est un monument complexe, dont l’histoire se mêle intimement à celle de la France

Anecdote : Pour accéder à la terrasse, il faut gravir les 284 marches à l’intérieur de l’Arc. Ce n’est pas de la tarte, mais la vue panoramique sur Paris récompense tout !

Anecdote 2 : 25 000 mètres carrés de tissu recyclable argent bleuté et 3000 mètres de corde rouge de la même matière ont été nécessaire pour la réalisation du projet « L’Arc de Triomphe, wrapped ».

L’Arc de Triomphe en travaux d’emballage
L’Arc de Triomphe en travaux d’emballage

Et vous, avez-vous déjà visité l’Arc de Triomphe ?

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Eva Gierczynska,

Rédactrice web et médiatrice culturelle passionnée d'événementiel et de nouvelles technologies, Eva a un goût prononcé pour le bizarre, l'original et l'oublié. Auteure d'une expérience digitale "My Little Diary", Eva écrit sur l'art et les pépites événementielles et culturelles de la région francilienne.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez vous à notre newsletter.