Vous connaissez bien sûr la Saint-Valentin qui est fêtée le 14 février ! « Encore ?! C’est tous les ans la même chose ! ». La fête des amoureux, qui se programment un petit restaurant et s’offrent mutuellement un petit cadeau, bla bla bla…

Êtes-vous, comme moi, sceptique à « fêter » la Saint-Valentin ? Depuis notre enfance, on nous serine avec cette fête célébrant l’Amour avec un grand A ! Comme si une seule journée commémorant ce sentiment (intime et personnel) était suffisante sur les 364 autres… D’autant plus que le 9 août, c’est la Saint Amour ! Et oui ! Quant aux célibataires, doivent-ils se confiner (c’est tendance en ce moment) chez eux devant des films à l’eau de rose ?! Bon, finalement, qu’est-ce que c’est vraiment la Saint-Valentin ?

Une origine aussi mystérieuse que les relations amoureuses

Il était une fois (comme tout début d’histoire d’amour) les Lupercales, qui se déroulaient du 13 au 15 février. Fête païenne et romaine en l’honneur du dieu Pan, pour le renouveau de la faune et de la flore, et où les hommes flagellaient le ventre des femmes (doucement nous l’espérons) pour leur souhaiter bonne fécondité.

Bien évidemment, devant tant de « débauches », la religion catholique se devait de remettre un petit peu de douceur. C’est donc au Vème siècle que le pape Gélase décida d’instaurer la fête de purification de la Vierge le 2 février. Cette fête devient finalement la Chandeleur, la fête des chandelles symbolisant la présentation de Jésus au Temple (et nous on la fête en dégustant des crêpes !), puis le pape instaure une fête de l’amour le 14 février : la célèbre Saint-Valentin.

Le nom du saint pour devenir le patron des amoureux est un hommage à Valentin de Terni, un moine vivant au IIIème siècle, qui mariait les jeunes amoureux en cachette. A l’époque, l’empereur romain Claude II préférait voir les jeunes amoureux à la guerre plutôt qu’auprès de leurs fiancées. Aussi, il ne désirait pas que l’union maritale soit bénite. Lorsque l’empereur eut connaissance des agissements en douce de Valentin, il l’emprisonna ! Lors de son séjour à l’ombre, Valentin rencontra la fille de son geôlier, Julia, qui était aveugle. De leurs échanges naquit un amour qui engendra un miracle : elle retrouva la vue ! Cette histoire d’amour aurait pu se finir en « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants », mais vous devinez bien que non. En effet, ce moine est devenu un saint martyre puisque l’empereur le condamna à mort… Ainsi, le 14 février pourrait (car rien n’est sûr, comme en amour) refléter cette belle et triste histoire d’amour qui date du IIIème siècle !

De l’Amour aux Valentin-e-s

L’Amour courtois – ou le fin’amor ­– connu au Moyen Age un franc succès en France puis dans toute l’Europe. Les princesses (essentiellement) appréciaient ces poèmes que chantaient les troubadours. Ils y décrivaient une jolie façon d’aimer avec courtoisie. Cet amour platonique donna lieu à des œuvres romanesques et artistiques. On peut citer par exemple les romans de la légende arthurienne de Chrétien de Troyes, ou encore le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris. Les tapisseries de la Dame à la Licorne sont une illustration de cet amour médiéval. « A mon seul désir » – dans lesquelles les animaux sont très nombreux, notamment les oiseaux.

Ah les oiseaux : symbole de la saison des amours ! Nous voyageons à présent en Angleterre, au XIVème siècle. C’est dans les écrits de Geoffroy Chaucer, écrivain et poète londonien, que nous retrouvons les oiseaux. Ils choisissent leurs moitiés le jour même de la Saint-Valentin. Les poèmes se transforment en billets doux. La coutume de se les échanger trouverait certainement son origine aussi en Angleterre. L’un des plus anciens billets, encore conservé, est une lettre datant de 1477 de Margery Brews à John Paston « son valentin bien-aimé » (British Library, MS 43490, f°24).

Les cartes à échanger entre valentins et valentines se développent surtout au XIXème siècle aux Etats-Unis. Ils connaissent une grande popularité et reviennent en France durant la Seconde Guerre Mondiale. Débarqués par le biais des soldats américains afin de conquérir les françaises. Les cartes des « Amoureux » de Raymond Peynet (1942) deviennent le symbole de la Saint-Valentin. Connues dans le monde entier, elles se déclinent aujourd’hui en différents objets à offrir. 

Valentine’s day publié dans le Punch’s Almanack, 1854
Valentine’s day publié dans le Punch’s Almanack, 1854

Mais où est passé Cupidon ?

On en revient à la base : l’Antiquité. Dans la mythologie, Cupidon est le fils de la déesse Vénus et du dieu Mars. Représenté à la Renaissance sous la forme d’un putto ailé avec un arc, il décoche ses flèches et les plantes dans le cœur d’hommes et de femmes, de dieux et de déesses, pour les rendre fou… d’amour.

Aujourd’hui, Cupidon – ou Eros – est l’un des symboles les plus courants pour personnifier la Saint-Valentin, et accompagne les douceurs chocolatées ou encore les roses rouges… Peut-être est-ce ce petit ange, posé sur votre épaule, qui vous suggérera de fêter la Saint-Valentin cette année.

Au XXIème siècle, Cupidon sème l’Amour aux quatre coins du monde entier. Comme l’amour donne des ailes, voyageons au Japon où les femmes offrent des chocolats aux hommes (elles doivent attendre un mois pour que l’homme leur offre en retour un présent, s’il y a réciprocité des sentiments !), festoyons en Afrique du Nord, partons faire la fête tout simplement au Brésil (mais ce sera le 12 juin), marions-nous en Thaïlande, et embrassons-nous à minuit aux Philippines. Tous les pays s’y mettent avec des variantes, trouvez-la vôtre ! Les sceptiques diront que le 14 février reste une fête dite « commerciale », mais c’est aussi une occasion de plus de rendre visite et de soutenir vos commerçants de proximité.

Cupidon caché dans les nuages (©Patrice_Audet)
Cupidon caché dans les nuages (©Patrice_Audet)

Que l’on soit sceptique ou non, il n’y a finalement pas d’âge ni de raison pour fêter l’Amour

Ni même une seule journée officielle ! Cependant, le 14 février est présent dans notre calendrier, alors profitez-en pour passer une belle journée, avec votre amoureux-se, votre famille, vos enfants, vos amis, vos animaux de compagnie, ceux que vous aimez tout simplement ! Et avec vous-même aussi car cela fait du bien aussi de penser un peu à soi.

Mon billet doux en cette Saint-Valentin s’adresse à toute l’équipe de Cultur’easy, à ses auteurs et à ses lecteurs : En ce 14 février, je vous souhaite une bonne fête chers amoureux de la Culture et des Arts !

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Juliette Bouchot,

Historienne de l'Art de formation universitaire, Juliette B. est aujourd'hui Community Manager et Créatrice d'Identités Visuelles. Issue du milieu culturel et patrimonial, elle a participé à des colloques internationaux et conseille à présent les collectivités publiques, associations, particuliers et entreprises. Elle apporte son savoir-faire, son regard avant-gardiste et une pensée humaniste à chacun des projets auxquels elle contribue.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez vous à notre newsletter.