Machines étranges, tourelles biscornues, maisons  de bric et de broc… Depuis 30 ans, Robert Coudray fait vivre son monde fantastique à Lizio, au cœur du Morbihan. Bienvenue chez le poète ferrailleur !

Sous le pseudonyme de Poète Ferrailleur, ce « diplômé des hautes études buissonnières » créé sans relâche des œuvres féeriques. Breton de naissance, il a exercé plusieurs professions dans le passé : paysan, crêpier, apiculteur, tailleur de pierre….Il se consacre maintenant à son musée merveilleux, presque entièrement créé à partir de matériaux de récupération.

Tours du poète ferrailleur
Tours du poète ferrailleur

Un lieu plein de surprises artistiques et architecturales

En s’approchant du site, l’œil est immédiatement attiré par une collection de tours colorées et biscornues. Cette « cathédrale éveillée », comme il l’appelle, ne manque pas d’attirer les curieux à Lizio. Mais cet ensemble surprenant n’est qu’une des attractions que le lieu propose. Des petites huttes, des ponts, sont peuplés de sympathiques personnages au repos, parmi lesquels se baladent des canards (réels, eux !). Des maisons et hangars colorés renferment des sculptures fantasques, que chacun peut mettre en mouvement avec un interrupteur. Ces machines prennent souvent la forme de vaisseaux ailés, nous donnant l’envie de partir à l’aventure dans des mondes imaginaires.

Robert Coudray dit que l’endroit est « pour les adultes qui ont perdu leur cœur d’enfant ». Plongé dans ce microcosme fantaisiste, on oublie effectivement toutes les tristes contraintes de note vie de tous les jours. Ce rêveur incurable ajoute régulièrement des nouvelles créations, assurant un renouvellement du site perpétuel.

Sculptures du poète ferrailleur
Sculptures du poète ferrailleur

Une œuvre respectueuse de l’environnement

L’aventure a commencé à la déchetterie. Robert Coudray récupère les objets jetés qu’il trouve intéressant, et commence à les assembler… D’abord, il crée des sculptures, fixes ou cinétiques. Celles-ci trouvent rapidement acheteur, mais il finit par se rendre compte qu’il voudrait les garder et les exposer. Ainsi naît ce musée insolite, où rien ne se perd, mais tout se transforme. La déchetterie reste toujours une source d’objets miraculeux, mais il recycle aussi désormais des objets donnés par les gens des environs.

Cette éthique de la réutilisation est présente dans d’autres formes. Ainsi, ses sculptures cinétiques fonctionnent à l’énergie solaire, ou grâce à l’eau et au vent. Les bâtiments sur le site ont des toilettes sèches, qui ne gaspillent pas d’eau et permettent de faire du compost.

Même le restaurant qui se trouve sur les lieux adhère à ces principes écologiques. Il propose, en effet, une alimentation végétarienne, bio et locale.  

La star d’un film

« Je n’demande pas la lune, juste quelques étoiles » : voici le titre poétique du long-métrage réalisé par le Poète Ferrailleur. Bien que se déroulant en partie au sein de ses créations insolites, le film n’est pas un documentaire. Au contraire, cette œuvre de fiction suit le destin de Fred, un ancien ingénieur qui est maintenant à la rue. Il hérite d’une maison en ruine de son grand-père et entreprend de la transformer en la demeure de ses rêves… Malgré son petit budget (50 000 €, provenant principalement des économies de Coudray), le film est un succès. Réalisé en grande partie grâce à plus de 500 bénévoles de la région de Lizio, il fait plus de 40 000 entrées. Un chiffre inattendu qui permettra finalement de rémunérer tout le monde. Une réussite pour le Poète, qui a étudié le cinéma dans sa jeunesse et a longuement rêvé de devenir réalisateur.

Musées individuels

Robert Coudray n’est pas le premier à s’embarquer dans la construction d’un lieu insolite. Le plus connu de ses prédécesseurs, le Facteur Cheval, a commencé en 1879 l’édification de son « Palais Idéal ». Ce chef d’œuvre de l’art naïf, bâtit avec des pierres que le Facteur ramassait pendant sa tournée, se trouve, lui, dans la Drôme. Dans l’Aisne, le Jardin des merveilles de Bohdan Litnianski est aussi composé de matériaux de récupération. Vers Lyon, se trouve aussi Le Musée l’Organe – La Demeure du Chaos, né en 1999. En contrastes avec les autres lieux cités, on y trouve les œuvres de plus de 70 artistes différents invités par son créateur, Thierry Ehrmann. L’ensemble est néanmoins marqué par son style chaotique et contestataire. 

Le Palais idéal du facteur Cheval
Le Palais idéal du facteur Cheval

Alors, une visite ?

L’Univers du Poète Ferrailleur attire dès le premier regard par son mélange d’art ludique et enchanteur, et son esthétique insolite. Et lorsqu’on en apprend plus sur sa mission écologiste, on est encore plus séduits !

Si cet article vous a tenté, n’hésitez pas à passer par Lizio pour satisfaire votre envie de féerie. Il est conseillé de prévoir au minimum 2 h pour découvrir toutes les surprises de ce lieu enchanteur. L’entrée est à 7,50 € en plein tarif, et à 6,50 € en tarif réduit, un petit prix pour ce lieu unique.

Visite poète ferrailleur
Visite poète ferrailleur

Les alentours de L’univers du Poète Ferrailleur sont plein d’activités intéressantes pour les petits et les grands. Vous pourrez notamment trouver un riche Ecomusée des vieux métiers  et un intriguant insectarium

Enfin, si vous ne pouvez pas visiter le lieu en chair et en os, le site du Morbihan offre une visite virtuelle !

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Jay Levent,

Toutes les photos, à l’exception de celle du Palais idéal, proviennent du blog de cverophotos. Merci à elle d’en avoir autorisé l’utilisation !

Passionnée par l’art contemporain, Jay est assistante de curateur et curatrice indépendante au sein du collectif espace fine. Ses autres amours : les visites de cimetières ainsi que de lieux insolites, le cinéma et la littérature fantastiques, le jeu vidéo, et surtout, les formes d’art qui rassemblent tous ces sujets !

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez vous à notre newsletter.