Si l’on vous dit Panini, à quoi pensez-vous ? Aux petites vignettes autocollantes et leurs albums, bien sûr ! Des échanges dans la cour de récré au partage intergénérationnel… Retour sur 60 ans de passion et de collections autocollantes.

Tout débute dans un kiosque à journaux…

Nous sommes à la fin des années 1950, à Modène, en Italie. Quatre frères, Umberto, Franco, Giuseppe et Benito, se relaient pour tenir le kiosque à journaux de leur mère.

C’est à cet endroit que va naître l’idée des célèbres images Panini. Elles tirent leur inspiration des pochettes-surprises que les frères fabriquaient pour revendre les invendus. Ils ont ensuite l’idée d’ajouter, dans leurs journaux, des timbres et des images de footballeurs trouvées dans des tablettes de chocolat.

Le succès n’est pas fulgurant dès la première tentative, mais les frères Panini sont loin d’abandonner. En 1961, ils lancent alors leur collection dédiée au Championnat de football italien, nommé « Calciatori ». À l’époque, les vignettes sont colorées à la main et sont accompagnées d’un petit tube de colle qui permet de les disposer dans l’album.

Paquet de cartes Panini "Calciatori"
Paquet de cartes Panini « Calciatori »

L’engouement pour ces petites images autocollantes est sans appel. Surtout auprès des enfants de Modène, qui leur donne le surnom de « fifis ». C’est ainsi que débute la fabuleuse histoire de l’entreprise familiale Panini.

Le succès international

D’abord collées à la main, les vignettes Panini deviennent autocollantes au début des années 70. Elles vont d’ailleurs profiter de la Coupe du monde de football au Mexique de 1970 pour s’exporter à l’étranger.

Cela marque le début d’un succès international pour la compagnie. Les enfants du monde entier se prennent au jeu pour ces petites images représentant leurs joueurs préférés. Acheter les pochettes Panini à la recherche des images manquantes devient une passion pour bon nombre d’entre eux. Le but ? Réussir à compléter entièrement l’album évidemment.

Equipe de France 98 dans un album Panini
Equipe de France 98 dans un album Panini

Les images deviennent de véritables objets collectionnables et sont vendues dans plus de 150 pays. Fort de cette prospérité, Panini ouvre de nombreuses filiales en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine.

À travers les décennies, Panini a su s’imposer et devenir le leader incontournable des collectionnables. Et ce n’est pas près de s’arrêter… L’entreprise a diversifié son activité à l’édition de comics, mangas et magazine de jeunesse. Toujours avec l’objectif d’être au service d’un public de passionnés !

Une passion intergénérationnelle

Plus qu’un passe-temps, les vignettes Panini déchaînent les passions. Petits ou grands ne cessent d’être fascinés par ces petites cartes autocollantes à collectionner.

Véritable madeleine de Proust, ces stickers nous renvoient à la cour de récré où les échanges étaient incessants. À toutes ces heures à ouvrir de nouvelles pochettes dans l’espoir de tomber sur les cartes manquantes. À l’excitation de découvrir les vignettes neuves. Et enfin à la joie d’avoir enfin complété un album.

Car oui, qui n’a jamais tenté de terminer entièrement un album ? Même après des années, des albums restent incomplets et se passent à la génération future. Et ce, dans l’espoir qu’un jour, il sera enfin achevé.

Au fil du temps, Panini est devenu un symbole de partage intergénérationnel. Un héritage que laisse les plus grands aux plus petits quand l’heure est venue. Les cartes Panini ne cessent de fédérer et resserrer les liens familiaux.

Collection Panini pour les 80 ans de Marvel
Collection Panini pour les 80 ans de Marvel

Des milliers de collectionnables

Qui n’a jamais collectionné les cartes de ses joueurs favoris de football ? Ou même coller des vignettes de ses héros de dessins animés sur son agenda ?

Panini, c’est d’abord une histoire de portraits de foot. Mais l’entreprise s’est très vite ouverte à proposer d’autres thématiques.

Pour le plus grand bonheur de tous, il existe aujourd’hui des milliers de collections Panini. Il y en a pour tous les goûts et tous les âges !

Parmi elles, on retrouve les licences les plus populaires de la pop culture : Star Wars, Harry Potter, Fortnite, Dragon Ball, Pokémon, Marvel… Ou encore celles consacrer aux héros de toute une génération : Goldorak, Transformers, Candy, Heidi… Mais aussi, celles dédiées aux grands événements sportifs : Coupe du monde de football, rugby, Tour de France, Jeux Olympiques. D’ailleurs, chaque événement est en quelque sorte une excuse pour ressortir son album Panini ! On ne s’en lasse pas.

Objet vintage par excellence devenu culte, certaines cartes valent désormais de l’or. Bien qu’elles aient toujours été éditées à nombre égal, certaines se font rarissimes. Les collectionneurs les plus aguerris sont en perpétuelle recherche pour dénicher LA vignette tant convoitée. Sachez qu’il est toujours possible de commander les cartes manquantes !

Les vignettes se réinventent en collections numériques

Avec la montée en puissance du numérique, Panini prend le virage des cartes 2.0. Et notamment, en lançant des stickers dans le sport. Football, basketball, baseball… Des collections entières de cartes de joueurs en format dématérialisé.

S’appuyant sur la technologie du blockchain, les vignettes Panini deviennent alors des « crypto-Panini », sorte de NFT dans ce domaine.

Comme pour les albums papiers, l’album numérique se complète en achetant ou en échangeant des cartes avec les autres aficionados.

De quoi ravir les nouvelles générations ultra-connectées ! Et rendre nostalgique les premiers passionnés…

Les crypto panini arrivent
Les crypto panini arrivent

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Margaux Simonnet ,

D’abord attachée de presse et chef de projet événementiel, j’ai pris le virage de la rédaction web après une aventure néo-zélandaise. Ma curiosité intarissable se nourrit dans mes voyages et la culture sous toutes ses formes. Ce qui m’anime ? La découverte et le partage de sujets exaltants.

1 Comment

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.