Oye matelots, le 19 septembre, c’est la Journée Internationale du Parler Pirate ! Sortez votre tricorne, votre meilleure bouteille de rhum et venez apprendre à parler comme les plus fameux loups de mer.

Petits, vous rêviez de pavillon noir et de trésors engloutis ? Faites une croix sur votre calendrier : le 19 septembre est la Journée Internationale du Parler Pirate. Lancé comme une plaisanterie, cet événement s’est répandu dans plusieurs pays, même si de façon discrète. Alors, larguez les amarres, virez le cabestan et découvrez le langage haut en couleur des flibustiers d’autrefois. Prêts à l’abordage ?

Ça existe vraiment, la Journée internationale du Parler Pirate ?

Ah que oui, moussaillons ! C’est en 1995 que John Baur, aka Ol’ Chumbucket, et Mark Summers, aka Cap’n Slappy, ont instauré le International Talk Like A Pirate Day (ITLAP). Ces deux passionnés de piraterie ont choisi la date du 19 septembre, car il s’agit de la date d’anniversaire de la femme du second. Comme ça, impossible de l’oublier !

La blague aurait pu s’arrêter là, mais les deux ruffians en ont parlé à Dave Barry, un humoriste de la presse américaine. Conquis, ce dernier leur a dédié l’une de ses chroniques et l’événement a commencé à prendre de l’ampleur. En Floride, l’ancien port pirate de Key West organise même un festival, avec chants, spectacles et bateaux.

Depuis, chaque année, cette journée est l’occasion de pratiquer la parlure piratesque. Si le ITLAP s’est répandu dans les pays anglophones, il est plus rare en francophonie : seul le Québec y prend part. Bien qu’il soit difficile d’estimer le nombre de participants, la communauté des pirates compterait tout de même près de 350 000 personnes aux quatre coins du globe.

Bateau pirate
Bateau pirate

Petit lexique du Parler Pirate

Vous vous sentez l’âme d’un Barbe-Noire ou d’une Mary Read ? Voici quelques mots et expressions dignes des Frères et Sœurs de la Côte :

  • La boustifaille : la nourriture
  • Un bois-sans-soif : un ivrogne
  • Une donzelle : une demoiselle pirate
  • La gnôle, ou un tord-boyaux : de l’alcool
  • Saborder : couler un navire, mais aussi une personne, un projet
  • Un rafiot : un vieux bateau
  • Faire la bamboche : faire la fête
  • La cambuse : le magasin
  • Le pétun : le tabac
  • Faire maronner quelqu’un : faire attendre longtemps

Vous pouvez également ajouter tout le vocabulaire maritime : virer de bord, larguer les amarres, à bâbord, à tribord, etc.

Évidemment, cette liste ne serait pas complète sans quelques insultes bien senties :

  • Cul rouge
  • Ecrevisse de rempart
  • Gibier de potence
  • Rat de cale
  • Capon
  • Marin d’eau douce

Enfin, restent quelques règles de prononciation :

  • Remplacez les -é par des -eS, comme en ancien français
    • Exemple : Il a le cuir eSpais (au lieu de épais)
  • Faites rrrrouler vos rrrrr
    • Exemple :A l’aborrrrrdage !
  • Accentuez les voyelles
    • Exemple : Jaaaaack Spaaaarrooooooow
  • Ajoutez « Aarrr », ou « Yaarr » à la fin de vos phrases
  • Parlez comme si aviez bu du rhum (mais avec modération, quand même)

Bravo les gars, maintenant vous pouvez jacter comme de vrais forbans !

Musée portuaire de Dunkerque / DP Wikimedia Commons
Musée portuaire de Dunkerque / DP Wikimedia Commons

3 idées pour célébrer les pirates le 19 septembre

1/ Visiter un musée maritime

En France, de nombreux musées sont consacrés à la mer et à la navigation. Les plus célèbres sont sans doute les 5 établissements du Musée national de la Marine. Situés à Paris, Brest, Port-Louis, Rochefort et Toulon, ils abordent toutes les marines à travers leurs collections et leurs expositions. Plus au nord, direction Dunkerque, ville natale du corsaire Jean Bart. Son musée portuaire comprend 3 bateaux et un ancien phare. Enfin, le Musée Mer Marine de Bordeaux présente un parcours complet sur l’histoire de la navigation.

2/ Cuisiner comme un vrai maître-coq

Durant leurs voyages, les pirates ont rempli leurs cales de trésors… et leur cambuse de saveurs exotiques. Pour rendre hommage à la créativité de leur cuisine, vous pouvez vous aussi tester ces recettes au goût d’ailleurs. Poulet au gingembre, crabe au lait de coco et bananes plantain en gratin : les flibustiers aimaient la bonne chère. On leur doit même des recettes de chocolat chaud aux épices. Et, bien sûr, de Ti-punch !

3/ Embarquer avec des pirates de fiction

L’âge d’or de la piraterie a pris fin au XVIIIe siècle, mais continue de vivre dans les livres et les films. Incontournable, L’Île au Trésor de Robert Louis Stevenson vous emmène sur les traces de Long John Silver. Plus récent, Pirates de Michael Crichton se déroule à Port-Royal en 1665. Les femmes pirates ne sont pas en reste avec Pour ce qu’il me plaist, de Laure Buisson, l’histoire de la « Lionne sanglante » Jeanne de Belleville. Du côté du grand écran, impossible de ne pas évoquer les aventures de Jack Sparrow dans Pirates des Caraïbes, ou le dessin animé La Planète au Trésor.

Partie d’une plaisanterie, la Journée internationale du Parler Pirate est devenue un événement fédérant de nombreuses personnes à travers le monde. Et vous, vous faites quoi le 19 septembre ?

Jack Sparrow
Jack Sparrow

Retrouvez toutes les journées mondiales à célébrer sur Cultur’Easy !

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Gwennaelle Massart ,

Passionnée de littérature, d’art et d’Histoire, j’ai grandi au milieu des livres avant d’entamer des études de Lettres. Depuis, je suis devenue rédactrice web SEO freelance pour vivre mes propres aventures. Dans mes articles, je voyage à travers l’espace et le temps pour partager avec vous mes découvertes culturelles. On y va ?

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez vous à notre newsletter.