La meilleure œuvre d’un artiste est qualifiée de chef d’œuvre. C’est une parfaite définition de la pièce Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand. Écrite en 1897, cette véritable référence du théâtre français ravie encore les amateurs du sixième art.

Avant la première représentation, Edmond Rostand doute. Le succès sera-t-il au rendez-vous ? Les ovations du public lui prouveront que oui ! L’histoire d’un amour impossible, la profondeur du personnage principal et la beauté des textes sont les raisons de son triomphe. (Re)Découvrez cette référence théâtrale !

Une pièce phare

C’est à l’âge de vingt-neuf ans que l’écrivain et auteur dramaturge Edmond Rostand crée Cyrano de Bergerac. Comédie héroïque influencée par le théâtre néoromantique, la pièce en cinq actes est écrite en vers. C’est le plus grand succès de son auteur. Dès sa première représentation le 27 décembre 1897 au théâtre de la porte St Martin à Paris, elle fait l’unanimité. Le personnage de Cyrano est interprété par Benoît Constant Coquelin, ami d’E. Rostand et acteur en vogue. Aujourd’hui on la présente sur tous les continents et en plus de 50 langues.

Edmond Rostand en 1901
Edmond Rostand en 1901

La pièce se déroule en 1640 et met en scène une relation triangulaire

A la fois pathétique et sublime ! Deux hommes convoitent Roxane, “la plus belle qui soit” : Christian, beau mais mauvais orateur, et Cyrano, son cousin, mousquetaire au long nez disgracieux mais grand poète. Conscients de leurs forces et faiblesses, ces derniers passent un pacte : Christian sera la beauté, Cyrano l’esprit. Pour le bonheur de la femme qu’il aime, Cyrano prête ses mots à Christian et garde son amour pour Roxanne secret.

Monographie imprimée, Cyrano de Bergerac, 1926
Monographie imprimée, Cyrano de Bergerac, 1926

Anecdote :

Lors de la première représentation de Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand se cache sur scène parmi les figurants, et assiste aux acclamations du public.

Un pari audacieux

Edmond Rostand doute du succès de sa pièce. Si bien qu’avant la première, il s’excuse auprès de son ami B. C. Coquelin de son potentiel échec. Et pour cause ! Cyrano de Bergerac n’appartient pas au genre du vaudeville, alors très en vogue à cette époque. Aussi, l’auteur mêle les vocabulaires familier et noble, inhabituel au XIXe siècle, et rejette l’unité de ton qui prévaut dans le théâtre classique. Sa mise en scène est périlleuse, malgré la présence de nombreuses didascalies.

En effet, une cinquantaine d’acteurs se retrouvent sur les planches, les décors changent souvent, la pièce est longue. Les personnages passent d’une émotion à une autre, sans répit pour les acteurs. Cyrano est le plus difficile à jouer : il a de nombreuses répliques, et nécessite une gestion de l’énergie émotionnelle et physique constante. La célèbre tirade “du nez”(Acte I, scène 4) en est le parfait exemple.

La pièce a de quoi effrayer !

Pourtant, elle plaît et rassemble un public hétéroclite, pour le plus grand bonheur de son auteur. Peu importe la classe sociale, l’âge ou l’avis politique des spectateurs, Cyrano de Bergerac était et est applaudi. Elle est adaptée en opéra, en ballet, en bande dessinée, ou encore en film. Le plus connu est Cyrano de Bergerac (1990) de Jean-Paul Rappeneau, avec Gérard Depardieu dans le rôle de Cyrano. En 1991, il reçoit d’ailleurs le César du meilleur acteur pour sa performance.

Affiche du film Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau, 1990
Affiche du film Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau, 1990

Francis Huster incarna également le rôle-titre à la perfection lors des représentations au Théâtre National de Chaillot alors que la pièce fêtait ses 100 ans.

Mais une version américaine avec Peter Dinklage (Tyrion Lannister dans Game of thrones) sort en 2022. Et on a hâte !

Cyrano, le vrai

Le personnage de Cyrano est directement inspiré de Savinien de Cyrano de Bergerac (1619-1655). Écrivain libre-penseur et polémiste français du XVIIe siècle. Edmond Rostand le découvre dans l’ouvrage Les Grotesques (1844) de Théophile Gautier. Il se passionne pour sa vie et ses œuvres, dont les plus connues sont les romans philosophiques Histoire comique des États et Empires de la Lune (1657) et du Soleil (1662). L’écrivain éponyme de la pièce avait un nez disgracieux, toutefois il n’en a jamais fait un complexe. D’ailleurs, la reprise de ce nez proéminent est un coup de génie de l’auteur, car il a beaucoup compté dans la représentation scénique. Autre coup de génie : la grandeur du personnage fictif, qui a pris le pas sur le personnage historique.

Portrait de Savinien Cyrano de Bergerac, gravure de 1654
Portrait de Savinien Cyrano de Bergerac, gravure de 1654

Cyrano, le fictif

Cyrano est teinté de comédie et de tragique.

Cyrano, c’est « la force comique » doublée d’un grand pouvoir de provocation issu de cette blessure intime que provoque sa disgrâce.

propos du metteur en scène Georges Lavaudant, Pièces (dé)motées, SCÉRÉN, 2013

Il se caractérise par un long nez, un verbe haut et un panache à toute épreuve. Il manie les mots aussi bien que son épée. Pourtant, il a choisi la provocation et l’autodérision pour se défendre des moqueries faites sur son nez, qu’il compare à un “pic”. Cyrano est un personnage blessé qui croit impossible qu’on puisse l’aimer. Ce qui le caractérise aussi, c’est sa quête de liberté, comme Savinien de Cyrano de Bergerac : “Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !”, extrait de la tirade des “Non, merci” (Acte II, scène VIII).

Caricature du personnage de Cyrano, Richard Mansfield, 1898
Caricature du personnage de Cyrano, Richard Mansfield, 1898

Une pièce audacieuse, dont l’intelligence et la poésie intriguent et fascinent encore

À l’image du nez de Cyrano, son succès est toujours aussi grand. Si vous voulez vous plonger dans la vie d’Edmond Rostand, « Edmond » est fait pour vous que ce soit la pièce à succès, le film qui en fut adapté…ou même la BD. Alexis Michalik y retrace le parcours de la création de Cyrano, une merveille.

Pour écouter Cyrano de Bergerac où vous voulez, quand vous voulez, c’est par ici

Et vous, avez-vous déjà vu Cyrano de Bergerac au théâtre, au cinéma ou peut-être à l’opéra ? Partagez-nous vos expériences en commentaire !

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Marie Magnin ,

Moi c'est Marie Magnin, j'ai 23 ans ! Je suis passionnée de photographie, sensible à l'écologie et j'adore découvrir de nouvelles cultures. Jeune diplômée en communication, j'ai toujours aimé écrire et jouer avec les mots. J'ai à cœur de développer ma créativité et ma curiosité dans toutes mes aventures, et de ne jamais cesser d'apprendre !

2 Commentaires

  1. Brigitte Lavallette Répondre

    Très bon article,ça m’a fait remonter des souvenirs,c’était la première pièce de théatre de mon fils à la Comédie Française avec Francis Huster

    • Merci beaucoup ! Je suis ravie que cet article vous ait rappelé de bons souvenirs ! 🙂

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez vous à notre newsletter.