Exubérante et passionnée, l’Espagne offre à proximité de la France toute la quintessence d’un enthousiasme débordant pour la vie.

Prisée pour son ensoleillement qui illumine les paysages comme le sourire des habitants, celle qui occupe la majorité de la péninsule ibérique n’en finit plus de conquérir les cœurs. De l’Andalousie à la Catalogne, de Valence à Navarre, sans oublier les îles Baléares, l’Espagne se vit en réalité plus qu’elle ne se décrit. Ses identités régionales fortes, qui rayonnent autour de Madrid, constituent autant d’invitations à découvrir toute la beauté du pays. Voici 10 bonnes raisons d’aller en Espagne !

1. Pour contempler le Désert des Bardenas Reales

L’Espagne se hisse sans problème dans le top 3 des pays ayant le plus de sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais il est difficile avant d’aller en Espagne d’imaginer qu’elle abrite également le plus grand désert d’Europe.

Pic dans le désert des Bardenas Reales. Source : Pixabay
Pic dans le désert des Bardenas Reales. Source : Pixabay

Aux pieds de la Navarre, le désert des Bardenas Reales s’étend sur plus de 42 000 hectares, sublimés par des paysages spectaculaires et de curieuses formations géologiques. Cet ancien golfe marin s’est progressivement vidé de ses eaux, jusqu’à dévoiler un décor aride et saisissant, digne du Far West américain.

2. Pour admirer le Barcelone de Gaudí

Gaudí est l’un de ces visionnaires qui ont changé le monde de l’architecture. Il a façonné de son génie la capitale de la Catalogne. La majestueuse basilique de la Sagrada Família, jamais achevée de son vivant, suffit à elle seule à témoigner de l’intensité du modernisme catalan.

La Pedrera, Portal Miralles, le Parc Güell… Ses œuvres elles-mêmes semblent avoir du mal à contenir l’imagination débordante d’un artiste en avance sur son temps. L’architecture vous laisse de marbre ? C’est peut-être parce que vous n’avez jamais visité la Casa Batlló. Sitôt à l’intérieur, elle vous plonge dans un monde aquatique et onirique des plus envoûtants.

La façade extérieure de la Casa Batlló. Source : Pixabay
La façade extérieure de la Casa Batlló. Source : Pixabay

3. Pour vibrer au rythme de la Movida madrileña

1975. Après la mort de Franco, l’Espagne n’est plus une dictature. Mais pas encore une démocratie… Porté par un peuple ivre de liberté et une jeunesse qui s’entiche d’extravagance, un mouvement hétéroclite naît à Madrid. Incarnée par Pedro Almodovar, la Movida se veut transgressive et renouvelle tous les codes du cinéma, de la musique, de la photographie, etc.

Cette vague qui déferle sur Madrid gagne rapidement Barcelone, Séville ou encore Bilbao. Le street art du quartier madrilène de La Latina illustre à merveille l’héritage de cette mouvance. Aujourd’hui encore, la Movida semble faire souffler un air de fête permanente sur une Espagne qui ne s’endort jamais.

Madrid s’embrase au soleil couchant. Source : Unsplash
Madrid s’embrase au soleil couchant. Source : Unsplash

4.Pour chanter au clair de Pampelune à la San Fermín

Fanfares, feux d’artifice, éclats de rire… Chaque année en juillet, la liesse s’empare des rues de Pampelune. Des milliers de personnes s’habillent en rouge et blanc pour honorer Firmin d’Amiens, reconnu saint par l’Église catholique. Et accessoirement s’en payer une bonne tranche.

Les célébrations de la San Fermín sont les troisièmes plus importantes dans le monde, après le Carnaval de Rio et la fête de la bière à Munich ! Bien qu’elles datent du Moyen Âge, c’est sous la plume d’Hemingway, dans Le soleil se lève aussi, qu’elles acquièrent une renommée internationale.

“Je ne pourrai jamais en faire autant que ce que Pampelune a fait pour moi”. Hemingway, 1953 Si vous décidez d’aller en Espagne du côté de Pampelune, vous assisterez ainsi au chupinazo. Une marée de mouchoirs rouges flotte alors dans l’air, tandis que l’on sabre des tonnes de champagnes. Gare à ceux qui n’ont pas les reins solides ! Les plus intrépides participent par ailleurs à la course folle de l’encierro (lâcher de taureaux). Mieux vaut cependant rester à l’écart et profiter de l’ambiance ainsi que des nombreuses animations.

5. Pour se la couler douce sur la Costa de la Luz

La Costa de la Luz ne manque pas d’atouts. Lovée sur la côte atlantique andalouse, elle offre des kilomètres de plages de sable blanc, beaucoup moins fréquentées que celles de la Costa Del Sol. Elle regorge également d’activités idéales pour les amateurs de sports nautiques. Entre Huelva, Séville et Cadix, le parc national de Doñana mérite lui aussi une halte. Déjà parce que des flamants roses viennent s’y secouer les plumes. Ensuite parce qu’il dévoile des écosystèmes très variés : marais, lagunes, falaises…

Colonie de flamants roses. Source : Pixabay
Colonie de flamants roses. Source : Pixabay

6. Pour découvrir Albarracín, le plus beau village espagnol

Il serait dommage d’aller en Espagne sans découvrir ce village, niché au creux des montagnes érodées et considéré par la plupart des Espagnols comme le plus beau du pays. Il est situé à 2 h de Valence, dans la province de Teruel (communauté autonome de l’Aragon).

Le village d’Albarracín à la tombée de la nuit. Source : Unsplash
Le village d’Albarracín à la tombée de la nuit. Source : Unsplash

Le site arbore humblement le statut de monument national. Il a su conserver son caractère médiéval et le charme pittoresque de ses ruelles en lacets qui se découvrent à pied. Ses vieux quartiers ont été construits sur une montagne cernée par les eaux du Guadalquivir. Si le cœur vous en dit, vous pouvez même grimper jusqu’à la muraille et vous mettre dans la peau des sentinelles d’autrefois.

7. Pour tomber amoureux d’une belle Andalouse

Ancrée dans une histoire millénaire, Séville forme avec Cordoue et Grenade le Triangle d’Or andalou. Elle possède l’un des quartiers historiques les plus étendus d’Europe. On a d’ailleurs longtemps murmuré que les restes de Christophe Colomb se trouvaient à Séville. Vous pourrez en outre vous promener sous l’ombre fraîche des orangers et dans les ruelles étroites, avant d’aller picorer des tapas dans l’un des bars les plus anciens de la ville. Le berceau du flamenco possède aussi le Real Alcázar. Ce palais royal, ourlé de somptueux jardins, a même accueilli le tournage de Game Of Thrones. Et ça, c’est plutôt la classe.

La forme ovale de la Place d’Espagne symbolise son accueil à bras ouverts. Source : Pixabay
La forme ovale de la Place d’Espagne symbolise son accueil à bras ouverts. Source : Pixabay

8. Pour visiter Valence sans ambivalence

Sur la côte méditerranéenne, Valence aime jouer la carte des contrastes. La richesse de son centre historique côtoie une architecture avant-gardiste. L’effervescence culturelle et balnéaire se mêle aux petits villages tranquilles de l’arrière-pays. Entre les deux, mon cœur Valence ! Ses charmantes maisons peintes en jaune et rose, qui dévoilent à l’horizon les montagnes du Vercors, convoquent toute la douceur d’une aquarelle. Comme partout en Espagne, il y a tant à faire et à voir qu’il serait impossible de tout citer. Une chose est sûre, il ne faut pas faire l’impasse sur la dégustation d’une authentique paella valencienne, face à la plage de la Malvarrosa.

La Cité des Arts et des Sciences de Valence et son style futuriste. Source : Pixabay
La Cité des Arts et des Sciences de Valence et son style futuriste. Source : Pixabay

9. Pour déguster les plats typiques espagnols

Chaque région possède évidemment ses propres spécialités. Toutes pourtant contribuent fièrement au paysage culinaire espagnol. Gaspacho, paëlla, tortillas, patatas bravas, jambon ibérique, chorizo… Sans oublier les fritures à l’huile d’olive, à croquer tout en sirotant de la sangria !

La gastronomie espagnole est une cuisine généreuse et conviviale, qui se partage entre famille ou entre amis. Quant aux tapas, des encas à l’origine sans prétention, elles sont rapidement devenues une fierté nationale qui régale les papilles aux 4 coins du monde.

Originaire de Valence, la paëlla s’est imposée en Espagne et partout dans le monde. Source : Pixabay
Originaire de Valence, la paëlla s’est imposée en Espagne et partout dans le monde. Source : Pixabay

10. Aller en Espagne pour découvrir un nouveau mode de vie

Mais pourquoi les Espagnols mangent-ils si tard ? Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils prennent le temps de vivre. Leur journée de travail débute rarement avant 9 heures. La pause déjeuner vers 14 heures (la siesta) fait l’unanimité. Ce décalage se répercute nécessairement sur les moments des repas. Mais la raison remonterait surtout aux années 1940, lorsque Franco a décidé d’aligner le pays sur le fuseau horaire de l’Allemagne alliée. Quoi qu’il en soit, ce mode de vie atypique nous séduit fatalement par sa légèreté. Les Espagnols ont d’ailleurs le tutoiement facile et ponctuent souvent leurs phrases d’un no pasa nada (ce n’est pas grave/ne t’inquiète pas.) De plus, ils aiment beaucoup flâner à l’extérieur. Même en soirée, des jeunes comme des retraités se promènent et prennent tout simplement le temps de vivre.

Drapeau de l’Espagne. Source : Pixabay
Drapeau de l’Espagne. Source : Pixabay

Bref

Ensoleillée, authentique, cosmopolite… De nombreux adjectifs viennent en tête pour décrire l’Espagne. Difficile pourtant d’en trouver un qui parvienne à capturer toutes les nuances de son charme. Bien qu’elle partage une frontière terrestre avec la France, l’Espagne offre un véritable dépaysement à travers ses paysages, ses identités régionales, son folklore et son art de vivre. Surtout, les Espagnols sont très accueillants et ouverts d’esprit. À croire que leurs pendules sont finalement plus à l’heure que les nôtres.

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par  Sandra Dall’Acqua,

Diplômée en Histoire, Sandra a pris le virage du digital pour cultiver son amour des mots et mettre en lumière l'expertise de ses clients. C'est en freelance depuis La Réunion qu'elle exerce son activité de rédactrice web SEO. Une île intense, qu'elle a d'ailleurs à cœur de valoriser et de préserver. Sa plume agile aime explorer une grande variété de sujets. Surtout s'ils sortent des sentiers battus !

Commenter cet article