Avant de regarder nos blockbusters sur écrans géants ou nos films préférés en SVOD (vidéo à la demande) avec une grande qualité, il a fallu beaucoup de travail. Et autant dire que le cinéma ne s’est pas fait en un jour ! Inventions et idées en tout genre, retour sur les dix étapes fondatrices de l’histoire du cinéma.

1. 1891, Thomas Edison, ou les premiers pas du cinéma

Thomas Edison et William Kennedy Laurie Dickinson, secondés par William Heise, inventent le kinétographe 35mm et le kinétoscope. Le premier est la première caméra argentique de l’histoire du cinéma. Le second est un appareil individuel permettant de visionner des œuvres. Ils enregistrent ainsi les premiers films et peuvent montrer les images en mouvement au public.

Pellicule 35mm à perforations Edison
Pellicule 35mm à perforations Edison

2. 1892, le premier dessin animé

C’est à un français que l’on doit cette étape importante. Émile Reynaud conçoit le premier dessin animé du cinéma. Il le dessine directement sur une bande souple perforée. Grâce à l’aide du Théâtre optique, une machine de sa conception, Reynaud propose les premières projections publiques sur grand écran. Le français commande aussi la première musique originale composée expressément pour un film.

¡Pobre Pierrot! – Pauvre Pierrot! ( 1892 ) Emile Reynaud

3. 1895, le cinéma des frères Lumière

Louis et Auguste Lumière, en synthétisant les découvertes de leurs prédécesseurs, inventent le cinématographe. Un appareil capable d’enregistrer des images photographiques en mouvement sur un film et de les restituer en projection.

Ils présentent leur invention lors d’une projection payante au Salon Indien, dans le sous-sol du Grand Café à Paris, le 28 décembre 1895. Les spectateurs ont payé 1,02 franc pour participer à cette diffusion inédite d’une dizaine de courts-métrages dont « L’Arroseur arrosé».

Ce sont les deux frères lyonnais qui ont réalisé les premières projections payantes au retentissement mondial.

L’Arrivée d’Un Train En Gare De La Ciotat

4. 1905, les nickelodeons, les prémices d’un cinéma plus bruyant

C’est à Pittsburgh, que les nickelodeons sont apparus pour la première fois. Provenant du nom américain “nickel” (pièce de 5 cents, que les spectateurs devaient payer pour accéder à la salle) et du grec “odéon” (construction hébergeant des concours musicaux). Le nickelodeon était une petite salle de cinéma dans laquelle se trouvait un piano ou un orgue pour qu’un musicien accompagne les séquences muettes projetées.

L’âge des nickelodeons à Mansfield

5. Octobre 1927, le cinéma devient sonore

Un peu moins d’un an après l’acquisition du Vitaphone (procédé de restitution sonore avec synchronisation par disque), les frères Warner présentent le premier film parlant, chantant et musical : The Jazz Singer, le 6 octobre 1927. Ce film d’Alan Crosland met en scène la vedette Al Jolson. La bande sonore du film ne comporte que 354 mots, mais qu’importe, le succès est immédiat pour les deux producteurs.

Affiche de Jazz Singer
Affiche de Jazz Singer

6. Octobre 1931, l’avènement du cinéma parlant en France

Le premier film parlant de l’histoire du cinéma français sort à Paris le 31 octobre 1931. « Les trois masques », réalisé par André Hugon, a été tourné en quinze jours à Londres et met en scène Marcel Vibert et Renée Heribel.

Affiche Les Trois Masques – © Unifrance  

7. 1932, …et la couleur fût

Herbert Kalmus met au point la caméra qui permet de filmer tout en couleur : la caméra Technicolor trichrome. Les studios, fatigués des différents essais précédents, au succès mitigé et à la qualité imparfaite sont plutôt frileux face à l’invention de l’ingénieur. C’est Walt Disney qui va acquérir la caméra Technicolor trichrome, et produire le premier film utilisant ce procédé. Walt Disney étant malin et visionnaire, a signé une exclusivité avec Kalmus pour cinq ans, lui permettant ainsi de prendre une avance considérable sur ses concurrents par rapport à la technique du cinéma en couleur. Mais le succès étant si grand et la pression si forte, le contrat d’exclusivité fut ensuite réduit à un an.

La caméra Technicolor trichrome
La caméra Technicolor trichrome

8. 1952, apparition du cinéma en relief

Dans les années 50, les américains délaissent les salles obscures au profit de leurs canapés et de leurs télévisions. L’industrie du cinéma va donc proposer des films en relief. Plusieurs techniques ont été utilisées. La plus courante étant, le positionnement en post-production des deux images issues des deux caméras sur un seul et même film. Les deux images sont ensuite placées côte à côte ou l’une sur l’autre. Avant la projection du film, on place devant l’objectif du projecteur un instrument optique à prisme et/ou à miroir afin d’obtenir les deux images à l’écran. La 3D est née !

Le cinéma relief
Le cinéma relief

9. 1953, le premier film en cinémascope

“La tunique” d’Henri Koster est le premier film à être réalisé en cinémascope. Ce sont les studios de la XX Century Fox qui sont à l’origine de ce changement de format, dans le but de relancer l’économie du cinéma. Le cinémascope est un procédé de prise de vue et de projection qui consiste à comprimer (anamorphoser dans le jargon) l’image à la prise de vue pour la décomprimer (désanamorphoser) lors de la projection. Ce processus permet de retrouver une image panoramique. Très vite, les salles du monde entier se sont équipées de projecteurs cinémascopes.

Format Cinémascope
Format Cinémascope

10. 1972, le système Dolby

En 1965, Ray Dolby crée sa société spécialisée dans la réduction du bruit de fond, de l’encodage et de la compression audio AC-3. En 1966, il met en vente le premier appareil de réduction de bruit professionnel, le Dolby NR-A2, réservé aux studios professionnels de musique. Il faut attendre 1972, pour développer un produit adapté pour la projection en salles de cinéma. En 1976, Ray Dolby applique son système au cinéma avec le Dolby stéréo. Francis Ford Coppola avec « Apocalypse Now » et George Lucas avec « Star Wars » sont les premiers à y avoir recours.

DOLBY : L’invention Géniale

Depuis, le cinéma n’a cessé de se développer. L’histoire du cinéma continue de s’écrire. Aujourd’hui la 3D est banalisée et le cinéma est devenu numérique. Le cinéma en salle est menacé. Que ce soit par l’économie ou les géants du streaming. On ne sait pas quel avenir il lui est réservé, mais ce qui est sûr, c’est que le Cinéma n’a pas fini de nous faire rêver.

Pour découvrir encore plus d’articles inspirants, téléchargez l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par CLARA LEFEVRE-MANOND,

Née à Lille, passée par les Deux-Sèvres, Clara est revenue dans la capitale des Flandres pour ses études. Danseuse classique, elle a aussi fait du tennis. Sportive, elle ne laisse pas un challenge lui saper le moral. Souriante et généreuse, voilà comment la qualifier. Mais attention, sous ses yeux bleus, se cache un sacré caractère : qui s’y frotte s’y pique !

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.