La France pourrait aujourd’hui être à la tête d’un quart du territoire qui compose les Etats-Unis d’aujourd’hui. Seulement quelqu’un a eu besoin d’argent.

Quand vous entendez Louisiane, vous visualisez certainement cet état des USA grand comme un petit pays d’Europe. Il se trouve entre le Texas et l’état du Mississipi et donne sur le Golfe du Mexique. Il y fait chaud.

Mais attention : les frontières du territoire qui nous intéresse allaient de la Nouvelle-Orléans dans la Louisiane actuelle jusqu’à la frontière du Montana avec le Canada, en remontant tout le fleuve Mississippi. Il s’étendait sur plus de 2 millions de km².

L’Europe d’alors se livrait à toutes sortes de jeux géopolitiques. Louis XIV ne voyait pas vraiment l’intérêt de posséder un immense territoire incontrôlable dans une contrée lointaine. De toutes façons il aurait mis un an à l’atteindre en bateau, pour finalement y trouver un potentiel coupe-gorge. Les souverains français n’ont jamais fait une priorité du continent Nord-Américain.

Plus tard, les rêves de grandeur de Napoléon 1er n’ont finalement jamais traversé l’Océan Atlantique.  Chronologie d’un territoire presque français.

La phase d’approche

Prise de Possession de la Louisiane et du Fleuve Mississipi au Nom de Louis XIV, par Cavelier de la Salle, le 9 Avril 1682 Bocquin, Jean-Adolphe (1826-1880). Lithographe - Crédit
Prise de Possession de la Louisiane et du Fleuve Mississipi au Nom de Louis XIV, par Cavelier de la Salle, le 9 Avril 1682 Bocquin, Jean-Adolphe (1826-1880). LithographeCrédit

La Louisiane aurait pu d’emblée être espagnole. Le premier occidental à s’en approcher fut Hernando de Soto. C’est un conquistador émérite, et pour cause, c’est grâce à lui que l’Espagne a conquis le Pérou et a récupéré tout son or. Lorsqu’il se lance dans l’exploration du sud des Etats-Unis, c’est pour beaucoup un succès assuré, et probablement beaucoup d’or à la clef.

Les peuples premiers des états qu’il traverse ne l’entendent pas de cette oreille. Alors qu’il progresse vers l’embouchure du fleuve Mississipi, le bilan humain s’alourdit. Et les Indiens ne sont pas aussi riches que les Incas. C’est finalement une mauvaise fièvre qui emportera l’aventurier. Considérée comme un désastre par la couronne espagnole, l’expédition ne sera pas renouvelée.

C’est un français qui, 140 ans plus tard, descend tout le fleuve Mississipi jusqu’à son embouchure. Le cours d’eau file du nord au sud, du Minnesota à la Nouvelle-Orléans, sur plus de 3700 km. René-Robert Cavelier de la Salle est accompagné de seulement 23 hommes. Au terme de son expédition, qui aura duré un hiver, il plante le drapeau Français. Nous sommes le 9 Avril 1682.

Un cadeau au Roi-Soleil

Expédition de Robert Cavelier de La Salle à la Louisiane en 1684, peint en 1844 par Théodore Gudin – Domaine public
Expédition de Robert Cavelier de La Salle à la Louisiane en 1684, peint en 1844 par Théodore Gudin – Domaine public

Il compte bien offrir ce nouveau territoire à Louis XIV et le baptise donc « Louisiane ». Le roi n’est pas très impressionné : cette conquête lui parait « fort inutile et qu’il faut dans la suite empêcher de pareilles découvertes ». La Salle obtient tout de même de la part de Louis XIV une contribution à la formation d’une colonie. Il y retourne donc en 1684, en tant que « Gouverneur de Louisiane », accompagné de 300 âmes.

En partant de La Rochelle, il compte cette fois arriver par la mer. Et là c’est le drame ! Pour commencer La Salle n’est pas le plus doué des navigateurs. Il s’en va avec quatre bateaux. Le premier est volé par les espagnols. Continuant sa route, il passe sans s’en apercevoir devant le delta du Mississipi. 600 km plus tard, il réalise son erreur en arrivant au Texas. Un 2ème bateau coule à pic dans la baie. Le commandant du 3ème bateau est excédé, et décide de rentrer en France. Il reste un bateau, 180 personnes, et ils n’ont toujours pas accosté en Louisiane. Embarrassant.

Finalement le 4ème bateau coulera lui aussi au large du Texas, pris dans une tempête. A présent ils ne sont plus que 40. Avec 16 d’entre eux, La Salle monte une expédition dans la jungle pour tenter de trouver un chemin via la terre. Cela ne se passera pas très bien puisque ses hommes, excédés, à bout de nerfs, finissent par le tuer, le 17 mars 1687.

Un hommage à Charles d’Orléans

La Louisiane du 18ème siècle, en rouge - Crédits
La Louisiane du 18ème siècle, en rouge – Crédits

30 ans plus tard, Jean-Baptiste Le Moyne D’Iberville fonde la Nouvelle Orléans. C’est alors un comptoir, baptisé selon le nom du souverain Français de l’époque : Charles d’Orléans.

La Louisiane est alors un territoire qui représente environ les deux tiers des Etats-Unis. Il s’étend du Minessota à la Louisiane, soit l’équivalent d’une quinzaine d’états actuels. Louis XV est roi de France, il s’apprête à en faire une monnaie d’échange.

Ce territoire immense n’intéresse pas le souverain français. La colonie n’est pas rentable et difficile à contrôler. Cette contrée sauvage à l’autre bout du monde n’a rien de stratégique. C’est ainsi qu’au terme de la guerre de 7 ans, en 1762, la Louisiane sera scindée en 3. Les terres situées à l’Est du Mississipi vont aux Espagnols. Celles à l’Ouest aux Anglais. La France conserve la Nouvelle-Orléans.

Retour à l’envoyeur

A cette époque où le vieux continent est au centre de la scène géopolitique, les Espagnols ne font pas de leur butin une priorité. Ils ne tentent d’établir leur autorité que 7 ans plus tard, sans grand succès. La communauté francophone résiste, et parmi elle les Acadiens. Victimes du Grand Dérangement, arrivés du Canada, on donnera à ces déportés le nom de « Cajuns ». Leur culture naitra de leur rencontre avec les peuples créoles venus d’Haïti ou de St Domingue. Ils ont en commun leur langue : le français.

Une vingtaine d’années après l’arrivée espagnole, le territoire Louisianais est finalement rendu aux Français. Napoléon Bonaparte en hérite suite à une alliance secrète conclue avec l’Espagne. Les velléités expansionnistes du souverain sont en marche. Les dirigeants européens ont-ils enfin compris l’intérêt d’une telle influence sur le continent Américain ?

Le coin des bonnes affaires

Photo souvenir du Louisiana Purchase - Crédit
Photo souvenir du Louisiana PurchaseCrédit

Napoléon Bonaparte envisagea un temps de se lancer dans la construction d’un empire Américain. Finalement il se ravise : une guerre avec les Anglais et d’autres pays se prépare en Europe. Pour garder la main haute, il doit financer ses conquêtes. Il a besoin d’argent et ne peut pas se disperser. Thomas Jefferson, alors président des tous jeunes Etats-Unis d’Amérique, exprime son intérêt pour La Nouvelle Orléans, port hautement stratégique du continent.

C’est finalement la Louisiane entière que Napoléon leur propose d’acheter. Les Américains n’en croient pas leurs oreilles, l’entourage de l’Empereur non plus. Ce territoire de plus de 2 000 000 de km2 permettrait aux Etats-Unis de doubler leur surface sans verser une goutte de sang ! Ils s’empressent d’accepter.

Le 3 mai 1803, la France cède donc la Louisiane pour la somme de 15 000 000 $. Vous pensez que c’est beaucoup pour l’époque ? Cela équivaut à environ 345 000 000 $ de nos jours. 60 cents le kilomètre carré. Not bad !

La vente de ce modeste lopin de terre a permis aux Etats-Unis de renforcer leur influence sur le continent. Côté français cependant, les guerres financées par la vente de la Louisiane n’ont pas été gagnées. La décision de Napoléon aux airs de coup de tête n’aura finalement pas porté ses fruits.

Passionné de culture, vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, vous inscrire à la newsletter et télécharger l’application Cultur’easy sur Applestore ou Playstore.

Par Marjorie Lacherez,

Marjorie aime le fromage, le yoga, la raclette, danser, courir, dormir, courir, écrire, jouer, courir. Bretonne, elle a un faible pour les cultures britanniques. Elle vit à Nantes entourée de trois garçons -dont un bébé - dans une maison à fort potentiel (travaux en cours). Un jour ils partiront en vacances en Grèce.

Commenter cet article

Restez connecté à la culture !

Pour ne manquer aucun article. Inscrivez à notre newsletter.